Euro 2016 : bilan et équipe type

L’Euro 2016, c’est terminé ! Il est désormais temps de faire le bilan d’une compétition qu’il va falloir rapidement effacer de nos mémoires. Pour commencer, le Yaourt du Sport vous livre son équipe type de l’Euro 2016. Une formation audacieuse et spectaculaire, à l’image de l’ensemble de la compétition, en 9-0-1, qui fait la part belle aux défenseurs et qui fera sans doute plaisir aux supporters de formations offensives et joueuses, telles que le Portugal, l’Italie ou l’Islande. Et ensuite, le bilan des Bleus dans cet Euro 2016 sera assuré par notre nouvelle rédactrice occasionnelle, Karine, que vous avez déjà pu découvrir pour le bilan de l’Euro après le premier tour. Qu’a-t-elle pensé du tournoi et du parcours de l’équipe de France ? Rendez-vous quelques lignes plus bas pour le découvrir… Vous êtes en vacances et en avez marre de cette bonne humeur qui vous envahit ? Alors lisez son bilan, qui saura vous rappeler tous les mauvais souvenirs dont vous avez besoin pour retrouver un état dépressif qui vous sied beaucoup mieux…

L’équipe type de l’Euro 2016 en 9-0-1

L'équipe type de l'Euro 2016

L’équipe type de l’Euro 2016

Le meilleur gardien de l’Euro 2016

Rui Patricio (Portugal) : Un gardien portugais typique. Une chèvre les trois quarts du temps et le mec sort le match de sa vie quand il faut, pour faire croire qu’il est un bon joueur. Et ça marche. La méthode « Vitor Baia ».

Les meilleurs défenseurs de l’Euro 2016

Guerreiro (Portugal) : Quand on pense qu’il a encore passé toute cette saison à Lorient… C’est un peu comme si Vincent Le Goff était dans le onze type de l’Euro 2016.

Chiellini (Italie) : Le C de la BBBC (Buffon Bonucci Barzagli Chiellini). Les stars italiennes sont les défenseurs et le gardien… Quand on pense qu’avant, c’étaient… Zoff, Baresi, Maldini, Nesta… Ouais, bon, laissez tomber. Lire la suite

Euro 2016 : Bilan du premier tour

Aujourd’hui, le Yaourt du Sport joue les hôtes de luxe (un peu comme Marseille) et donne la parole à une lectrice qui a souhaité partager avec nous son bilan du premier tour de l’Euro 2016. Karine nous a écrit sur Twitter et après plusieurs échanges sur la meilleure manière de se débarrasser d’Evra, elle a souhaité prendre la plume sur le blog (ouais, notre blog fonctionne sur une vieille techno) pour livrer ses impressions sur cette phase de groupes. Vous vous êtes éclatés pendant ses premiers jours de compétition ? Et bien, pas notre auteure du jour, qui a plutôt envie de dézinguer tous les travers de cet Euro franchement soporifique…

Euro 2016 : merci pour le spectacle

Euro 2016 : résultats du 1er tour

A l’aube de ces huitièmes de finale, il était de bon ton de faire un « bilan » de cet Euro nouvelle formule 2.0.

Comme dirait Michel Sardou : « qu’est-ce qu’on s’emmerde ». Enfin, qu’est-ce que je me suis emmerdée… 69 buts en 36 matchs, 11 matchs nuls, une moyenne de 1,91 buts/match… On a quand même connu mieux… Ne serait-ce qu’il y a 4 ans avec une moyenne de 2,5 buts/match à ce stade de la compétition et 5 matchs nuls seulement (bien sûr, tout est à rapporter au nombre d’équipes mais très rares étaient les 1-0).

Mais pas question de faire un papier sur l’UEFA et sa pathétique gestion aléatoire de cet Euro, on rentre dans le vif du sujet avec peu de surprises finalement…

Bilan du 1er tour de l’Euro 2016 groupe par groupe

Les « favoris » se sont qualifiés, sans la manière, on ne va pas se mentir. Je pense en particulier au Portugal qui finit 3e de son groupe, et pour qui, comme le dit l’adage, « l’important, c’est les 3 points ».

Du coup, ça passe pour la France et la Suisse dans le groupe A. Particularité de ce groupe : la France va rentrer dans le Guinness des records des matchs les plus longs du monde. Car depuis France-Roumanie, il n’y a pas eu un jour où les Bleus n’ont pas fait la Une de notre quotidien favori : entre « l’inquiétude Griezmann », « le casse-tête de Deschamps », « la tentation de Deschamps », « l’Irlande veut sa revanche », etc. Aujourd’hui, on ne peut pas vraiment dire qu’on ait eu une sensation de manque…

Dans le groupe C, l’Allemagne s’est qualifiée « haut la main », comme à la Grande Époque, et risque peut-être de nouveau d’envahir Paris. Pour se faire, il faudra qu’elle « annexe » l’Italie ou l’Espagne. Affaire à suivre… Lire la suite

Qui va gagner l’Euro 2016 ? Statistiques…

Benzema champion d'Europe 2016 ?Vendredi 10 juin 2016, c’est enfin le grand début de l’Euro 2016 ! Après avoir mangé des matchs amicaux pendant un an, l’équipe de France va débuter son Euro par un match contre la Roumanie au Stade de France. À la veille du grand départ, plusieurs favoris se dégagent pour remporter le titre et bien malin qui pourra dire quelle équipe soulèvera le trophée ! Enfin… Et oui, après nos prophéties sur la Coupe du monde 2014, nous reprenons notre Lada à remonter le temps (toujours pas de DeLorean et notre Twingo est tombée en panne en 2014) pour vous annoncer tout ce qui va se passer durant cet Euro. Vous allez sans doute me rétorquer : « Super, les gars, mais vous vous étiez pas lamentablement plantés en 2014 ? » Certes, on voyait le Brésil champion. Mais à 7 buts près, on était bons !… Qu’à cela ne tienne : pour être encore plus pertinents, nous avons fait évoluer notre modèle statistique, en recrutant 2 ingénieurs, 1 data scientist et 1 plombier. Le Yaourt du Sport est ainsi en mesure de vous dévoiler le vainqueur de l’Euro 2016, ainsi que le parcours de toutes les équipes

Méthodologie : Si vous vous attendez à trouver ici de vulgaires pronostics, passez votre chemin ! Point de hasard dans ces prophéties, mais une étude approfondie qui repose sur un principe : la dynamique du présent et le poids du passé. Comment ça marche ? A chaque fois, deux éléments sont pris en compte : le classement FIFA pour la dynamique du présent et l’historique des confrontations entre les deux équipes pour le poids du passé. Mais également un bonus, pour la France uniquement, lié au fait que les Bleus jouent à domicile. Vous voulez plus de détails ? Rendez-vous à la fin de l’article pour la description complète de la méthode. Sinon, place aux prévisions…

Phase de poules : groupe A à C

Euro 2016 : Résultats poules A-C

Groupe A – Qualifiés : France, Suisse et Roumanie meilleur 3e
Bonne nouvelle : oui, les Bleus vont passer la phase de poules de l’Euro 2016, et ce, sans trop de difficultés. Ce sera beaucoup plus compliqué pour l’Albanie, qui va payer le fait… que c’est une équipe toute moisie. Bon, ils vont peut-être créer LA surprise, mais en attendant, de tous les pays qualifiés, c’est celui qui a le classement FIFA le plus bas… A ne pas manquer : Roumanie – Albanie, le prostituco. Lire la suite

Le classement de Ligue 1 2015-2016 en fonction du budget

Depuis des semaines, on le sait, c’est le PSG qui a remporté la saison 2015-2016 de Ligue 1. Comme on l’avait prédit. Avec 31 points d’avance sur le deuxième, Lyon, le club parisien écrase le championnat, comme Mammouth écrase les prix. Certes. Mais s’il y a un autre classement que Paris domine de la tête et des épaules, c’est bien celui des budgets des clubs de Ligue 1. Avec 490 millions d’euros, ils possèdent près du double de celui du deuxième plus riche : l’AS Monaco (250 millions d’euros). Alors forcément, être premier quand on a le plus gros budget… c’est cool, mais c’est un peu comme finir Metal Gear Solid avec l’Action Replay (pour les nostalgiques de la PS1). Pour savoir quelle équipe a le plus de « mérite » d’être à sa place, le Yaourt du Sport a la solution : le classement de Ligue 1 2015-2016 rapporté au budget de chaque club.

EDIT 17/05/2016 : Mise à jour avec le classement final de Ligue 1 2015-2016.

Méthodologie pour calculer le score budget/classement : Nous avons pris le classement final de Ligue 1. Nous avons pris le budget de chaque club (source). Et nous avons mis un peu de yuzu pour ajouter du peps. Et nous avons alors procédé à un petit calcul savant pour obtenir un ratio éloquent : nous avons divisé le budget par le nombre de places gagnées par chaque club en Ligue 1.

Je m’explique : on met tous les clubs dans les starting-blocks à l’entrée de la Ligue 1. Si un club a gagné une place, il est alors 20e du championnat, s’il en a gagné 2, il est 19e… Finalement, c’est comme si on attribuait des « points » à chaque position : le 1er a 20 points, le 2e 19 points, etc. Et par exemple, pour obtenir le score du PSG, on divise son budget (490 millions d’euros) par son nombre de « places gagnées » (20 puisqu’ils sont premiers). On obtient alors une valeur en millions d’euros/place : le prix payé par le club pour chaque place grappillée en Ligue 1. On a donc la formule chimique suivante :

score = budget/(21-place au classement)

Plus ce score d’une équipe est faible, plus ça signifie qu’elle utilise efficacement son budget. Donc qu’elle a plus de « mérite » en considération de ses moyens financiers.

Trêve de blablas, place au classement final (si vous n’avez pas compris, je donne des cours de rattrapage, niveau 5e-4e) ! Lire la suite

Bilan Ligue 1 2015-2016

Et voila, la Ligue 1 2015-2016, c’est fini ! L’heure de faire le bilan de cette année de foot français, de faire une analyse de la saison de chaque club (oui, tous les clubs, même Nantes) et, surtout, de revenir sur nos prophéties d’il y a un an. Et oui, rappelez-vous, en août dernier, on vous annonçait le futur classement de Ligue 1 2015-2016, un résumé anticipé de la saison et quelques « on vous l’avait dit », qui prédisaient un fait marquant à venir pour chaque club. Alors ? Vous pensez qu’on a encore été ultra clairvoyants ou qu’on s’est autant gaufrés que Pierre Ménès ? Le Yaourt du Sport vous répond avec son bilan de la Ligue 1 2015-2016 club par club et de ses pronos du début de saison. Petit indice : on a peut-être fait moins bien que l’an dernier. Mais pouvait-on faire mieux ?

Et pour compléter ce bilan de la saison, rien de tel que l’équipe type de Ligue 1 2015-2016 et le onze de plomb de Ligue 1 2015-2016 !

Le classement de Ligue 1 2015-2016 annoncé / Le classement de Ligue 1 final

Classement Ligue 1 2015-2016 : annoncé VS final

Classement Ligue 1 2015-2016. A gauche : prévision / A droite : réel

Pour faire bref, on fait un chouïa de poil moins bien que l’an dernier. Mais on peut tout de même se distribuer quelques bons points :

  • Nous avions prédit le PSG champion. Sans vouloir se la raconter, on avait aussi prédit que la France ne gagnerait pas l’Eurovision, que le chômage allait augmenter et que Pierre Ménès ne serait pas élue Miss France cette année.
  • Nous avions prédit le 17e : Toulouse. C’était notre objectif premier.
  • Nous avions prédit 4 des 5 premiers dans le désordre. Et 8 des 10 premiers (notez la régularité). Et 20 des 20 premiers.
  • Nous avions prédit 2 relégués sur 3 : Troyes et le Gazélec Ajaccio. Il suffirait d’inverser Reims et Guingamp (ce qui n’est pas scandaleux), et on serait bons.
  • Mais surtout : à 2 places près (ce qui, sans exagérer, est très raisonnable), nous avions prédit le bon classement de 11 clubs sur 20 (12 l’an dernier). Nous avions donc 55% du classement final de Ligue 1 2014-2015 à 2 places près !
  • Et aussi surtout : à 3 places près (ce qui, sans exagérer, est assez raisonnable), nous avions prédit le bon classement de 14 clubs sur 20 (15 l’an dernier). Nous avions donc 70% du classement final de Ligue 1 2014-2015 à 3 places près !

En fin de compte, il n’y a véritablement que 4 clubs qui ont foutu la merde dans nos prophéties cette année. Le seul problème, c’est qu’ils sont assez médiatiques : Lyon, Rennes, Bordeaux et Marseille. Les deux premiers ont été beaucoup mieux que prévu, tandis que les deux autres se sont largement plantés. On a aussi un peu sous-estimé Angers et Lorient, mais ça ne devrait pas nous empêcher de dormir.

Mais le plus wunderbar cette année se situe dans les « on vous l’avait dit », ces prévisions concernant chaque club que nous vous avions annoncées dès le mois d’août. Et bien cette année, (environ) 15 « on vous l’avait dit » sur 20 se sont vérifiés ! Avec un bonus particulier pour ceux de Lille, Saint-Étienne et Troyes. Retrouvez tous ces faits marquants de la saison dans notre bilan de la Ligue 1 2015-2016 club par club…

Bilan de la saison 2015-2016 de Ligue 1 par club (par ordre de classement final)

1. Paris SG : LE TOUT PILE ! Et oui, cette année encore, on avait réussi à prévoir le champion… On avait prédit aussi le titre de meilleur entraîneur de Laurent Blanc, la saison quelconque de Di Maria (oui, on sait, il a fait des passes) et l’élimination du PSG en Ligue des champions. Alors certes, on avait misé sur une demi-finale, mais les Parisiens ont bien été sortis par l’équipe surprise : Manchester City. Bref, on s’est gavé là-dessus. Profitons-en.
Rappel « on vous l’avait dit » : Cavani sera meilleur buteur de Ligue 1. Et ouais, mon gars. Mais un meilleur buteur naze, genre 18-19 buts.
=> Bon ok, il est pas tout à fait meilleur buteur. En fait, il a deux fois moins de buts que le meilleur. Mais franchement, prévoir le nombre de buts du gazier, c’est validé, non ?

2. Lyon : OK, on s’est encore bien raté sur l’OL, qu’on voyait finir 7e et qui a encore fini première dauphine. Et pas que je veuille me justifier, mais l’an dernier, avec le même nombre de points, un club finissait 6e… Et on parle bien de ceux qui ont fini par en prendre 4 à Reims, on est d’accord ? Et puis, après une 9e place à l’issue des matchs aller, qui pouvait prévoir l’arrivée salvatrice de Bruno Génésio, le nouveau Parc OL imprenable et un Yanga Mbiwa plus fort que le général Bako ? Bref, une remontée surprise qui aura bien profité à Valbuena en vue de l’Euro…vision.
Rappel « on vous l’avait dit » : La Ligue des champions fera perdre des points en Ligue 1 à l’OL. Et la Ligue 1 leur fera perdre des points en Ligue des champions.
=> C’est bien ce qui explique (en partie) leur 9e place à mi-saison et leur belle campagne européenne. Qui se résume en deux mots : La. Gantoise. Lire la suite