Quel club de foot faut-il supporter ?

Pas facile d’être supporter de foot. Non seulement il faut supporter le bon club, mais en plus, il faut pouvoir justifier son « supportérisme ». Le débat fait souvent rage sur Twitter, Facebook, ou dans les cours d’école, ce qui revient plus ou moins au même. « Tu supportes quel club, toi ? Et depuis combien de temps ? » Les supporters parisiens ou lyonnais, entre autres, reconnaîtront certainement des situations vécues.

On a toujours peur d’être qualifié de « faux supporter », de « mauvais supporter », ou encore de « footix ». Tout ça parce qu’on n’a pas choisi le bon club ou qu’on apprécie plusieurs équipes. Mais c’est quoi être un bon supporter ? Doit-on être derrière le club de sa ville ? Si j’habite dans la Creuse (ça peut arriver), pour quelle équipe dois-je être ? Faut-il être un ultra pour supporter un club ?

Heureusement, le Yaourt du Sport vient vous aider et va vous permettre de répondre à LA question qui vous taraude : quel club faut-il que je supporte ? Une petite infographie qui vous éclairera quelle que soit votre situation.

Quelle équipe dois-je supporter ?

Quel club faut-il supporter ?

Vous voulez écrire pour le Yaourt du Sport ? Vous aimez le sport ? Vous aimez le yaourt ? Manifestez-vous en commentaire, ou sur le Twitter et le Facebook du Yaourt du Sport !

B.

MonPetitGazon : comment choisir ses gardiens au mercato

Si vous aimez la Ligue 1 et si vous aimez vous ajouter de la pression devant un Strasbourg – Amiens, vous connaissez sans doute MonPetitGazon. Mon Petit Gazon, MPG pour les intimes, c’est le jeu le plus populaire (sondage réalisé auprès des salariés du Yaourt du Sport) de Fantasy League consacré à la Ligue 1. Autrement dit, le jeu vous met dans la peau d’un Qatari qui veut créer une équipe de Ligue 1 de toutes pièces, avec un budget de 500 M€ (ouais, c’est pas le plus riche des Qataris, il était déjà pris), et la faire s’affronter contre celles de ses camarades émiratis. Vous constituez donc une ligue avec vos potes et vous les affrontez avec votre propre équipe à chaque journée de championnat. Pour les battre, une seule philosophie, que ne renierait pas Franck Passi : marquer plus de buts que votre adversaire. Et ce sont les performances IRL (« In Real Life », en vrai quoi) des joueurs que vous avez sélectionnés qui vous permettront de marquer des buts ! D’où l’importance de bien les choisir.

Car toute saison de MPG qui se respecte commence par une étape cruciale, la préférée de Gérard Lopez : le mercato MonPetitGazon. Vous disposez d’une enveloppe de 500 millions d’euros pour constituer votre Dream Team d’au moins 18 joueurs (30 maximum), via des enchères. Chaque joueur de Ligue 1 possède en effet une cote, qui est le prix minimum auquel vous pouvez l’obtenir, et vous pouvez faire une offre, en espérant que vous aurez la plus élevée pour empocher la mise. Comme dans la réalité, c’est là qu’une grande partie de la saison se joue. Vous dépensez bien et vous vous retrouvez avec Mariano ou Aouar. Vous vous plantez et vous vous retrouvez avec Monnet-Paquet ou Dioussé. Donc faisez gaffe.

Exemple d'erreur au mercato MonPetitGazon : Loïs Diony

Quand tu te retrouves avec les mauvais joueurs au mercato MonPetitGazon

Pas de panique, rangez cette vilaine offre de 50 M€ pour Cardinale, on va vous aider. S’il y a nécessairement une part de chance, il existe quelques bons tuyaux pour réussir son mercato MPG. Et on commence avec les derniers remparts… Le Yaourt du Sport vous donne ses astuces pour bien recruter ses gardiens de but à MonPetitGazon.

A quoi sert un gardien dans une équipe MonPetitGazon ?

Vous voyez à quoi sert un gardien de but en général (si non, vous êtes sûr de vouloir jouer à un jeu consacré au foot ?) ? Ben là, c’est pas pareil. Lire la suite

Qui va gagner le gros globe de cristal 2014 ?

Lindsey Vonn - Maria Riesch - Tina Mze - Lara GutL’hiver, c’est la saison des fêtes, du vin chaud et des tartiflettes. Mais c’est aussi la période de reprise de la Coupe du monde de ski alpin ! Et avec les Jeux Olympiques de Sotchi, les sports d’hiver vont jouir d’une médiatisation plus importante. C’est donc le moment de s’intéresser à ces skieurs qui trusteront bientôt les podiums olympiques. Alors qui succédera à Tina Maze et Marcel Hirscher dans la quête du gros globe de cristal ? Le Yaourt du Sport décrypte les favoris de cette saison 2013-2014 de ski alpin et vous annonce déjà les vainqueurs. (pour un rappel des règles, rendez-vous sur l’analyse des favoris de la saison 2012-2013 !)

Chez les hommes, qui peut tenir tête à Hirscher ?

Réponse : pas grand monde. Pourtant, on ne peut pas dire que Marcel Hirscher soit le skieur le plus polyvalent de l’histoire de la neige. Et pour cause, la plupart du temps, il ne s’aligne même pas en Descente et en Super G ! Oui mais voilà, Hirscher est impérial en Slalom et très bon en Géant. Mais surtout, et là, je vais partager avec vous ma plus grande interrogation, ma révolte presque, sur la Coupe du monde de ski : il y a plus d’épreuves techniques que d’épreuves de vitesse. Cette année, au calendrier, j’ai compté 18 slaloms et géants contre 15 descentes et super G. Et comme il n’y a personne de vraiment incontestable dans ces dernières disciplines… Autant de raisons qui font de Hirscher notre favori n°1 pour le gros globe de cristal ! Lire la suite

Bilan de la saison 2013 de tennis

ATP : Qui sera numéro 1 en 2013 ?En cette fin d’année, l’heure est au bilan. Aujourd’hui, on va parler tennis masculin et du classement final ATP version 2013. L’occasion de revenir sur nos prévisions, celle que nous avions établies il y a un an. A-t-on, comme souvent, vu juste ? A-t-on encore brillé par la précision de nos pronostics ? Le Yaourt du Sport vous dit tout sur cette saison 2013 de tennis
On commence par un rappel du classement ATP final 2013, puis on fera le point sur nos pronostics, dans l’ordre croissant du classement qu’on avait prédit, du dixième au premier. Et on finit avec nos pronos pour 2014 ! Le (vrai) classement ATP 2013 :

1. Rafael Nadal 6. Roger Federer
2. Novak Djokovic 7. Tomas Berdych
3. David Ferrer 8. Stanislas Wawrinka
4. Andy Murray 9. Richard Gasquet
5. Juan Martin del Potro 10. Jo-Wilfried Tsonga

10. Rafael Nadal

Et ouais, on avait mis Nadal 10e, on n’a peur de rien. On avait misé sur un physique toujours défaillant qui ne lui aurait pas permis de jouer plus d’un quart de la saison. Finalement, le physique a tenu, très bien tenu même. 14 finales, 10 titres, dont 2 Grands Chelems, n°1 mondial… Vous ne trouvez pas ça louche ? Quoi qu’il en soit, une chose est sure : s’il avait vraiment fini 10e, les autres auraient été mieux classés. Lire la suite

Pourquoi la Nouvelle-Zélande est-elle la référence mondiale du rugby ?

Les All Blacks font le haka

Le haka des All Blacks

Ce soir, le XV de France rencontre la Nouvelle-Zélande dans un match qui n’est jamais vraiment amical. Pas à cause d’une rivalité ancestrale, mais parce que les « All Blacks » forment l’équipe la plus redoutable. La question que nous avons posée à notre ami un peu ovale Pierre Ammiche, c’est « comment une si petite île, cachée dans l’ombre de l’Australie, a pu devenir la référence mondiale de ce sport ? » Voici sa réponse.

1) Le rugby dans le sang

Ancienne colonie britannique, terre colonisée par les Écossais et les Gallois au XIXe siècle, toujours membre du Commonwealth, la Nouvelle-Zélande a le rugby qui coule dans ses veines. C’est simple : pas une ville, un village, un hameau sans son terrain de rugby. Pas un collège, une école, une classe sans sa section scolaire ovale. Pas un enfant qui n’ait pas sa balle de rugby avant ses 5 ans. Le nombre de licenciés est hallucinant (200 000, pour un caillou de 4,3 millions d’habitants). Bref, jouer au rugby au pays du long nuage blanc, c’est évidemment une part de culture, mais plus encore, une religion. Et pas question de louper la messe.

2) Un code génétique hors normes

En Nouvelle-Zélande, il y a 15% de Maoris, les habitants historiques. Dans l’équipe nationale de rugby, le taux grimpe à 30% environ. Le pragmatisme et le réalisme britanniques gravés dans la tête, la folie créative des voyageurs du bout du monde dans les tripes, la puissance et l’explosivité des Micronésiens dans les gènes, le cocktail parfait pour la pratique du rugby. Les Maoris font environ 1,85m et 100kg de moyenne. A 13 ans. Les gabarits exceptionnels côtoient les magiciens. Les chefs d’orchestres magistraux se mettent aux service de solistes de génie. Si tout est bon dans le jambon, tout est inouï chez les kiwis. Lire la suite