Le baseball pour les nul(le)s

Le baseball pour les nulles et les nulsAprès le Tour de France, le foot US, le volley-ball, la NBA, la Ligue des champions et la Ligue 1, nous nous attaquons aujourd’hui à un nouveau sport dont le nom est aussi connu que ses règles sont inconnues : le baseball. Pour ceux qui se demandent si la rubrique Pour les nul(le)s est alimentée par un obscur tirage au sort de sports à l’aveugle, sachez que la MLB (Major League Baseball, le championnat américain) vient de reprendre le week-end dernier. Nous sommes donc en plein dans l’actu ! Hélas, à l’instar du basket et du foot US, le baseball fait partie de ces sports dont le niveau est beaucoup plus élevé de l’autre côté de l’Atlantique. Mais les règles que nous allons vous exposer sont universelles. Voici donc le baseball pour les nul(le)s !

Le baseball, c’est quoi ? Comment ça marche ?

Tout d’abord, le mot baseball vient de l’association des termes « balle » et « base ». Enfantin vous me direz, mais vous verrez que ces concepts sont importants.

Voici tout d’abord un terrain de baseball. Vous remarquerez sa forme particulière, semblable à un champ de vision, qui correspond à la zone dans laquelle la balle peut être envoyée.

Un terrain de baseball aux US

Maintenant, les équipes :

Au baseball, les deux équipes qui s’affrontent alternent des phases offensives et défensives. En défense, les neuf joueurs sont répartis sur le terrain pour couvrir un maximum d’espace.

Les différentes positions défensives en baseball

Les positions de défense en baseball

Un petit descriptif de ces différents postes :

Le lanceur : Poste primordial, car c’est lui qui a la lourde tâche d’envoyer la balle de manière à mettre en difficulté le batteur (qui fait partie de l’équipe adverse).

Le receveur : Placé juste derrière le batteur, il donne des indications au lanceur et doit réceptionner la balle si le coup de batte est manqué. Déjà pour valider le lancer, mais aussi parce que s’il ne met pas la main, il se la prend dans la mouille.

Les 1er, 2e et 3e but (ou 1st, 2nd et 3rd base) : Placés sur le nom de leur base correspondante, ce sont eux qui éliminent les joueurs adverses en coupant leurs courses la balle en main (nous y reviendrons).

L’arrêt-court (ou short stop) : Positionné entre le 2e et le 3e but, c’est un poste très mobile qui permet de bloquer l’angle fort du batteur droitier.

Les champs gauche, centre et droit (ou left-field, center-field et right-field) : Ils couvrent le fond du terrain, pour parer les gros coups de batte.

La phase d’attaque est plus facile à décrire : les joueurs sont en rang d’oignons et passent à tour de rôle à la batte (même le lanceur). Soyons bien clairs, les équipes sont les mêmes en attaque et en défense !

Le déroulement des manches

Le baseball se joue en neuf manches. Une manche se déroule de la manière suivante : les joueurs qui attaquent passent les uns après les autres jusqu’à l’élimination de trois batteurs. Ceci fait, l’équipe qui défendait passe à la batte et inversement. Puis on passe à la manche suivante. Au bout des neuf, l’équipe qui a le plus de points gagne la rencontre.

Objectif en attaque : marquer un point

Lorsqu’on est batteur, le but premier n’est pas de frapper comme une mule. Un batteur (position « receveur » sur le schéma précédent) peut commencer à courir si sa frappe envoie la balle dans le terrain. Ensuite son but est de revenir à « la maison », son point de départ, en contournant les buts (ou « bases »). Pour cela, il peut faire des étapes sur les bases. Si le premier batteur s’arrête en deuxième base par exemple, il y reste au moment du passage du deuxième batteur de son équipe. Si ce dernier parvient à frapper la balle dans le terrain, les deux joueurs se mettent à courir, et si le premier achève son tour, il rapporte un point à son équipe. Au moment où un batteur se présente, il peut donc très bien avoir un coéquipier en première base, un en deuxième base et un en troisième base. Et ce qu’il faut retenir, c’est que chacun a le même but : courir jusqu’à la maison (en faisant le tour des bases) pour apporter un point à son équipe.

Objectif en défense : éliminer les batteurs adverses

Vous l’aurez compris, s’il est délicat pour les attaquants de faire le tour des bases, c’est parce que les défenseurs doivent tout faire pour les en empêcher. A commencer par le lanceur, qui doit faire en sorte que le batteur manque sa frappe. Attention, il ne peut pas lancer la balle n’importe où. Un arbitre, derrière le batteur dans l’axe du lanceur, vérifie que le lancer est bien « prenable » par le batteur. Pour faire simple, si la balle arrive à plusieurs mètres du batteur, c’est le lanceur qui est fautif (il n’a donc pas non plus le droit de viser les yeux). Maintenant que vous savez ça, voici les trois principales situations qui causent une élimination de batteur :

  • Le batteur manque trois lancers qui sont considérés comme « prenables » par l’arbitre.
  • Le batteur frappe la balle, mais l’un des défenseurs attrape la balle avant qu’elle ne touche le sol : la balle est « gobée ».
  • Les défenseurs parviennent à couper la course de l’attaquant. Typiquement, les défenseurs peuvent se faire des passes jusqu’à atteindre un des joueurs postés sur les bases. Si un des joueurs a le pied sur la base, et reçoit la balle avant que le batteur ne l’atteigne, ce dernier est éliminé. Pour un batteur, être sur une base signifie donc être en sécurité. Alors qu’en courant d’une base à l’autre, il prend le risque de se faire éliminer par les défenseurs (mais s’il ne bouge pas, il a peu de chances de marquer un point…).

Lorsque le batteur est éliminé, on passe au suivant, et au bout de trois éliminations, le jeu s’arrête et les équipes tournent. Même si des attaquants sont placés sur des bases, si un troisième joueur est éliminé, tout le monde rentre au bercail, sans marquer de point, ni passer par la Case Départ et gagner 20 000 francs.

Ndlr : comprenez bien que cette liste est non exhaustive, et qu’elle ne comprend pas tous les cas particuliers du baseball.

Qu’est-ce qu’un « home-run » ?

Vous avez sans doute déjà entendu ce mot, il est temps de le comprendre. Un batteur marque un home-run lorsqu’il envoie la balle directement en dehors des limites du terrain, dans l’angle du terrain tout de même. La balle est irrécupérable pour les défenseurs, le batteur peut donc faire tranquillement le tour du terrain, en prenant le temps de saluer la foule. Si d’autres attaquants étaient déjà placés sur les bases, ils rentrent aussi à la maison, et chacun marque un point. Avec un sur chaque base plus le batteur qui a tapé le home-run, ça peut donc faire quatre points !

Maintenant que vous avez toutes les « bases », terminons par l’une de vos rubriques préférées…

Les petites phrases choc du baseball pour bien figurer dans un dîner

– Le baseball découle d’un autre sport : la thèque. Et c’est français ! Les règles sont globalement les mêmes, mais la balle est frappé avec un planche de bois plus large que la batte. Cocorico ! Exemple : « Les Etats-Unis sont la première puissance mondiale ? Qu’ils n’oublient pas qui a inventé le baseball, tout de même. »

– Il existe évidemment un championnat français, dont les équipes sont les suivantes : Les Chevaliers de Beaucaire, les Barracudas de Montpellier, le Paris Universitaire Club, les Panthères de Pessac, les Huskies de Rouen, les Lions de Savigny (sur Orge), les Templiers de Savigny (le Temple) et les Tigers de Toulouse. N’hésitez pas à glisser cette info si vous rencontrez un natif d’une de ces villes. Exemple : « Tu viens d’où ? Pessac ? GO PANTHERS !!! » (en mimant le geste de la batte)

– Si on vous demande de citer un joueur actuel, donnez celui-ci : Matt Kemp. Il joue aux Los Angeles Dodgers et il est sorti avec Rihanna. Idéal pour conclure cette conversation baseball et enchaîner sur autre chose, donc utilisez-la quand vous arrivez à court de billes. Vous passerez pour quelqu’un d’ouvert, et personne ne se doutera que c’était votre dernière info. Exemple : « Un joueur qui m’épate, c’est Matt Kemp. Même après sa blessure, il est toujours au top. Vous saviez qu’il est sorti avec Rihanna ? D’ailleurs c’est étonnant son histoire avec Chris Brown. Qu’en pensez-vous ? » Ou sinon, vous pouvez simplement exprimer votre admiration par un compliment, mais attention de ne pas se tromper de voyelle ! « Ce Matt Kemp, un sacré coup de batte ! »

N’hésitez pas à ajouter toute information absente dans cet article et qui vous semble cruciale, et rappelez-vous que ces règles sont primaires, il en existe bien d’autres ! Dites-le nous en commentaire ou rejoignez directement la communauté du Yaourt sur la page Facebook ou via le compte Twitter !

S.

11 réflexions au sujet de « Le baseball pour les nul(le)s »

  1. J’ai assisté récemment à mon premier match de baseball aux États-Unis. Merci pour vos explications, qui m’éclairent a posteriori. Le plus difficile à comprendre, ce sont les « balls » et les « strikes ». Qu’est-ce qui correspond à ce que vous appelez une balle « prenable » ? Et quels sont les critères utilisés par l’arbitre ? Des tribunes, je n’arrivais pas à voir la différence.

    • On parle de « ball » ou de « strike » lorsque le batteur ne parvient pas à frapper la balle lancée. La différence entre les deux est simple : si le lancer était considéré comme « prenable » par l’arbitre, on parle de « strike », sinon, on parle de « ball ». Donc au bout de 3 strikes, un batteur est éliminé.
      Quant à la définition de « prenable », il y a des règles, mais elle est essentiellement laissée à l’appréciation de l’arbitre. Disons par exemple, que si une balle arrive en dessous du genou du batteur, ou au niveau de ses épaules, la balle sera considérée comme « non prenable ».
      Mais bien sûr, depuis les tribunes, tout ceci est plutôt difficile à évaluer ! Même à la télé, ce n’est pas toujours évident…

  2. Bonjour, Excellente approche et avec de l’humour ce qui vaut toutes les explications alambiquées du monde ! Je suis fan de foot US mais le baseball m’etait hermétique . Merci mille fois et bravo !

  3. Super cet article, merci à vous ! Ce sport m’a toujours intrigué, mais je n’en comprenait pas tous les aspects :-D Maintenant je peux le dire : Go Red Sox !

  4. Merci pour toutes vos infos, j’avais regardé des sites mais je trouvais leurs explications pour le moins confuses … grâce à vous cela me semble plus clair.
    Avez vous des conseils à me donner pour « profiter » d’un match de base ball ? j’ai la chance d’aller à Boston cet été et j’ai très envie d’aller voir les red sox (j’ai regardé récemment le film « le stratège » qui pour thème une équipe de base ball et j’ai j’ai beaucoup aimé !). Merci d’avance et bravo pour le site..

    • Bonjour Martine,

      merci pour ce gentil commentaire !

      En relisant l’article avant le match, tu auras les infos de base pour saisir ce qui se passe sur le terrain.
      Pour « profiter » du match au maximum (qui durera environ 3h tout de même je le rappelle), le plus simple est de se fondre dans l’ambiance. Les Américains ont le spectacle dans le sang, donc ils organisent des animations pendant la rencontre (chants, loterie). Imprègne-toi de toute l’atmosphère :)
      Et puis si tu aimes les hot-dogs, tu ne seras pas déçue…

      • Et puis ce match? Pour bien apprécier il faut un hotdog géant, une bière et un gros sac de  » peanuts »! Go redsox! (Une fan canadienne)

  5. Ping : Summer camp et Baseball à 2 ou 3 | lespierreafrisco

  6. Merci beaucoup pour cet article ! Il se peut que je déménage aux Etats Unis dans un an pour le travail de mon père, et le sport ayant une place hyyyper importante aux US, voire plus que les études, je dois commencer dès maintenant un entraînement de fou pour espérer que mes prouesses sportives soient reconnues dans quelques années lors de mon passage à l’université ! Le baseball m’a toujours paru comme un sport mythique (merci les séries et les romans) et je suis à fond pour apprendre ce sport !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *