Euro 2016 : bilan et équipe type

L’Euro 2016, c’est terminé ! Il est désormais temps de faire le bilan d’une compétition qu’il va falloir rapidement effacer de nos mémoires. Pour commencer, le Yaourt du Sport vous livre son équipe type de l’Euro 2016. Une formation audacieuse et spectaculaire, à l’image de l’ensemble de la compétition, en 9-0-1, qui fait la part belle aux défenseurs et qui fera sans doute plaisir aux supporters de formations offensives et joueuses, telles que le Portugal, l’Italie ou l’Islande. Et ensuite, le bilan des Bleus dans cet Euro 2016 sera assuré par notre nouvelle rédactrice occasionnelle, Karine, que vous avez déjà pu découvrir pour le bilan de l’Euro après le premier tour. Qu’a-t-elle pensé du tournoi et du parcours de l’équipe de France ? Rendez-vous quelques lignes plus bas pour le découvrir… Vous êtes en vacances et en avez marre de cette bonne humeur qui vous envahit ? Alors lisez son bilan, qui saura vous rappeler tous les mauvais souvenirs dont vous avez besoin pour retrouver un état dépressif qui vous sied beaucoup mieux…

L’équipe type de l’Euro 2016 en 9-0-1

L'équipe type de l'Euro 2016

L’équipe type de l’Euro 2016

Le meilleur gardien de l’Euro 2016

Rui Patricio (Portugal) : Un gardien portugais typique. Une chèvre les trois quarts du temps et le mec sort le match de sa vie quand il faut, pour faire croire qu’il est un bon joueur. Et ça marche. La méthode « Vitor Baia ».

Les meilleurs défenseurs de l’Euro 2016

Guerreiro (Portugal) : Quand on pense qu’il a encore passé toute cette saison à Lorient… C’est un peu comme si Vincent Le Goff était dans le onze type de l’Euro 2016.

Chiellini (Italie) : Le C de la BBBC (Buffon Bonucci Barzagli Chiellini). Les stars italiennes sont les défenseurs et le gardien… Quand on pense qu’avant, c’étaient… Zoff, Baresi, Maldini, Nesta… Ouais, bon, laissez tomber. Lire la suite

France – Portugal (0-1) : les notes des Bleus

Voilà ! L’Euro 2016, c’est fini ! Sur cette finale opposant la France au Portugal, ce dimanche 10 juillet 2016. Un Euro qui nous aura enthousiasmés, grâce aux Bleus, à l’Allemagne, l’Italie, l’Islande, et qui nous aura aussi bien emmerdés, grâce au Portugal, à Cristiano Ronaldo et à la Seleção. Un Euro 2016 qui s’est conclu en apothéose sur une victoire finale dégueulasse d’une équipe du Portugal dégueulasse, à l’issue d’une finale dégueulasse, remportée 1 but dégueulasse à 0, au bout des prolongations dégueulasses. Bravo aux vainqueurs, il faut savoir être fair play. Le Yaourt du Sport vous livre les notes des Bleus pour cette finale de l’Euro 2016 France – Portugal (0-1) !

France - Portugal (0-1) : les notes des Bleus

France – Portugal (0-1) : les notes des Bleus

Lloris (6) : Merci Hugo. Notre capitaine est monté en puissance dans cet Euro avec des notes toujours meilleures. Et en finale, il a été parfait. Jusqu’à cette 109e minute de merde… Eder, putain (109e).

Evra (6,5) : Merci Patrice. Passé de Pat Hibulaire à Tonton Pat. On sera pas mal moqué de lui et de son niveau de jeu, mais qui aime bien châtie bien. Remarquez, c’est con : qui n’aime pas châtie bien comme il faut aussi.

Umtiti (5,5) : Merci Samuel. Un bel été pour lui : une première sélection en quart de l’Euro 2016, une signature au Barça, une finale d’Euro… Et le mois de juillet est pas fini. Retrouvez bientôt : Umtiti meilleur joueur du tournoi, Umtiti médaille d’or aux JO, Umtiti miss Camping 2016… Lire la suite

Allemagne – France (0-2) : les notes des Bleus

Ce jeudi 7 juillet 2016, au Stade Orange-Matmut-Cochonou Vélodrome, c’était le rendez-vous qu’on attendait tous depuis le début de l’Euro. La France retrouvait l’Allemagne pour une demi-finale de l’Euro 2016, qui s’annonçait épique. Et si le match a été si épique, la rédaction de cet article l’aura également été, dans la mesure où j’ai pu regarder le match sur une télé tellement vieille que j’ai parfois eu l’impression de voir le France – Allemagne de 1982. Bref, nous avons assisté à une rencontre historique avec la qualification de l’équipe de France pour la finale de l’Euro, avec cette victoire 2-0, notamment sur un super but de Giresse ! Le Yaourt du Sport vous livre les notes des Bleus pour cet Allemagne – France (0-2) !

Allemagne - France (0-2) : les notes des Bleus

Allemagne – France (0-2) : les notes des Bleus

Lloris (8) : Une « OH OUI GREG IL LA SORT » (13e) et une autre (90+2e) ! Un collègue m’a dit qu’il attendait toujours un exploit de notre gardien. Et arriver en demi-finale de l’Euro avec plus de buts pris que d’arrêts effectués, c’est pas un exploit ? Ça mérite une bonne note en tout cas.

Evra (6) : Quand on parle à un joueur de l’équipe de France, il évoque toujours le rôle joué par « Tonton Pat » dans le vestiaire. « Et sur le terrain, vous le trouvez comment ? – … Je vous ai dit qu’il mettait l’ambiance ? » On est sévères : c’est lui qui est au duel avec Schweinsteiger, qui fait main, qui provoque un penalty, qui donne l’ouverture du score (45+1e)… Une grande influence.

Umtiti (7) : Forcément, face à l’Allemagne, notre apprenti taulier a un peu souffert… Mais il a donné plusieurs bons ballons. Il est un peu gonflé : ils sont pas à lui, les ballons (qui, eux aussi, sont gonflés).
Lire la suite

France – Islande (5-2) : les notes des Bleus

Un quart de finale d’Euro à domicile, c’est déjà motivant en soi. Mais ce dimanche 3 juillet 2016, au Stade de France, les joueurs de l’équipe de France se sont présentés face à l’Islande avec une envie décuplée. On les a en effet sentis bouleversés par l’annonce du décès de Michel Rocard et ils ont certainement vu ce quart de l’Euro 2016 comme une belle façon de rendre hommage à leur homme politique préféré. C’est pourquoi ils ont tout donné et, malgré l’émotion liée à cet hommage, ils sont parvenus à empocher leur qualification pour les demi-finales de leur Euro avec une victoire spectaculaire 5-2 face aux valeureux, mais quand même bien moisis, Islandais. Le Yaourt du Sport vous livre les notes des Bleus pour ce France – Islande (5-2) !

France - Islande (5-2) : les notes des Bleus

France – Islande (5-2) : les notes des Bleus

Lloris (6,5) : Sa plus belle action reste le toss de début de match (-3e). Un choix réfléchi, une stratégie bien pensée, il a parfaitement lancé les Bleus en gagnant cette guerre psychologique.

Evra (5,5) : Le taulier. Le patron. Quand il faut répondre présent face aux meilleurs attaquants du monde, il est là. Un beau 5,5, c’est sa meilleure note du tournoi, bravo. Quand on pense que d’ici dix ans, il sera sélectionneur des Bleus… Avec Nicolas Anelka en adjoint. Et Abou Diaby en préparateur physique.

Umtiti (5,5) : J’ai cru voir un Umgrosminet. Dommage de n’avoir jamais pu l’aligner en charnière avec Mikaël Silvestre, mais avec son caractère, je pense que ce dernier aurait essayé de le bouffer. Lire la suite

Le Tour de France pour les nul(le)s

Le Tour de France pour les nuls et les nullesLa rubrique Pour les nul(le)s du Yaourt du Sport s’adresse aux non-initiés du sport (ou à ceux qui veulent vérifier leur parfaite maîtrise des bases) et a pour objectif de leur donner les clés pour suivre une conversation sur un sujet sportif. Vous en avez marre de ne rien capter au beau milieu d’un débat engagé à propos de telle ou telle compétition ? Vous voulez impressionner votre copain en lui sortant des termes du jargon sportif ? Ou, ici, vous voulez avoir un sujet de conversation pour vos après-midis de vacances avec votre grand-père ? Alors ne manquez pas… Le Tour de France pour les nul(le)s !

EDIT 02/07/16 : Mise à jour Tour de France 2016

Commençons par la base : le Tour de France est une course cycliste de trois semaines, divisée en une vingtaine d’étapes. Le vainqueur du Tour de France est celui qui a disputé l’ensemble des étapes en le moins de temps possible. On lui remet alors un gros chèque et une seringue d’or un lion en peluche.

Comment peut-on regarder le Tour de France sans profondément s’ennuyer ?

C’est une question récurrente chez celles et ceux (et ils sont nombreux) qui ne voient dans le Tour de France qu’un sérieux concurrent aux programmes nocturnes d’Arte qu’ils enregistrent pour faire la sieste l’après-midi. Alors comment regarder le Tour de France ? Il y a certainement plusieurs manières, mais je vais vous expliquer comment je m’y prends pour me passionner pour cette épreuve. PRINCIPE DE BASE : ne pas regarder une étape en entier les yeux rivés sur l’écran ! C’est un fait, il n’y a pas toujours de l’action, alors profitons-en pour mettre à profit ce temps en prouvant notre capacité à faire plusieurs choses simultanément. Ensuite, il y a trois grands types d’étape :

  • Les étapes de haute montagne : ce sont généralement les étapes les plus intéressantes. Une étape est dite de haute montagne en gros lorsqu’il y a au moins deux cols de première catégorie ou hors catégorie (voir plus loin « les différents cols »). Ces étapes sont les plus difficiles et sont donc celles qui, la plupart du temps, sont décisives pour le classement général. C’est lors de ces journées que l’on voit des coureurs au compte-goutte gravissant péniblement les 20km d’ascension sur des pentes quasi verticales. Donc ces étapes sont une sorte d’ode à l’effort où l’on voit certains favoris défaillir et perdre leurs illusions, certains coureurs surprises réaliser la performance de leur vie, certains cyclistes chuter ou arriver trop tard… C’est ce qui constituera, un peu plus tard, ce qu’on a coutume d’appeler la légende du Tour.
  • Les contre-la-montre : épreuves également décisives, les contre-la-montre (ou les « chronos ») se différencient des autres étapes par le fait que les coureurs s’élancent un par un. Pour chacun, leur temps est chronométré et celui qui fait le meilleur temps gagne. On dirait pas comme ça, mais c’est un exercice particulier, vraiment différent des épreuves en ligne (= départs groupés), avec de véritables spécialistes (voir après « les différents types de coureurs »). Ici, l’intérêt est surtout de suivre les performances des grands noms ainsi que des coureurs qui jouent une place au classement général. Encore une fois, nul besoin de fixer les 198 coureurs (moins ceux qui ont abandonné en cours de route) pendant l’ensemble de leur parcours.
  • Les étapes de plaine et les étapes accidentées : la seule différence entre les deux se situe au niveau du parcours : si c’est grosso modo tout plat, c’est de la plaine, s’il y a quelques difficultés, c’est accidenté. Le scénario d’une étape de ce type est souvent le même : au début de l’étape, quelques coureurs s’échappent. Ils prennent de l’avance jusqu’à ce qu’à la fin, le peloton les rattrape. Et une fois sur dix, l’échappée garde son avance et les quelques cyclistes qui la composent se disputent la victoire. Sinon, le peloton arrive groupé à l’arrivée et la victoire se joue au sprint. C’est-à-dire que quelques spécialistes (voir plus loin « les différents types de coureurs »), collés les uns aux autres, jouant des coudes, foncent à toute berzingue vers l’arrivée dans les derniers hectomètres. Par conséquent, vous l’aurez peut-être deviné, hors événements exceptionnels, ce qu’il faut regarder dans ce genre d’étape, c’est surtout l’arrivée !

Le lexique du Tour de France

On va maintenant essayer de comprendre le jargon de la Grande Boucle (surnom du Tour de France) et même essayer de caser quelques phrases chocs qui font bien !

Maillot jaune : porté par le leader du classement général. NB : le maillot jaune n’est pas forcément celui qui a gagné l’étape la veille. En effet, le classement général est le classement selon le temps mis pour parcourir l’ensemble des étapes. De plus, lorsque des coureurs arrivent groupés (par exemple dans le peloton), ils sont tous crédités du même temps ! Lire la suite