Faut-il blâmer Fekir ou les supporters stéphanois ?

Le 5 novembre 2017 a marqué une date historique pour le foot français et les derbys entre l’Olympique Lyonnais et l’AS Saint-Étienne. En effet, l’OL s’est imposé 5-0 à Geoffroy-Guichard, ce qui constitue le plus large écart entre ces deux équipes. Ce qui permet aux Rhodaniens d’occuper la 3e place du championnat, conformément à leur futur classement à la fin de la saison. Mais ce n’est pas ce dont on parle à la fin de cette rencontre. Ce qui occupe les esprits, c’est désormais de savoir : Nabil Fekir, capitaine lyonnais, est-il responsable de l’envahissement du terrain qui a suivi son but et sa célébration ? Doit-il être sanctionné ? Quand on est contrarié, faut-il envahir un territoire qui ne nous appartient pas (attention au point Godwin) ? Le Yaourt du Sport décrypte pour vous ce qu’on va désormais appeler l’affaire Fekir et n’épargne personne, ni le joueur lyonnais, ni les supporters stéphanois, ni Jean-Michel Aulas. Et vous révèle le nom du vrai héros de la soirée.

Fekir montre son maillot aux supporters stéphanois

Fekir montre son maillot aux supporters stéphanois (réalisé avec trucage)

Rappel des faits : Fekir est un agitateur, un provocateur, un animal ?

Saint-Étienne – Lyon, vers la 85e minute. L’OL mène déjà 4-0 sur le terrain des Verts, complètement à la rue et réduits à 10 depuis l’expulsion de Léo Lacroix (rouge, comme son carton) à la 47e minute. Nabil Fekir inscrit le but du 5-0 et chambre les supporters stéphanois en montrant son maillot. S’en suit un envahissement du terrain et une interruption du match. Les supporters des Verts les plus brillants se disant que, puisque leurs joueurs ne sont pas à la hauteur du match, ils vont eux-mêmes aller au duel. Ou alors tenter d’ajouter quelques joueurs pour équilibrer les débats. Ce qui est assez surprenant parce que ça m’étonnerait que ceux qui sont descendus des tribunes soient meilleurs que ceux qui étaient sur le terrain. Enfin, peut-être meilleurs que Söderlund quand même. Après l’intervention des CRS et environ 30 minutes d’interruption, le match reprend dans un stade clairsemé et l’arbitre siffle la fin à la… 89e minute, lui aussi ayant vraisemblablement envie de rentrer se coucher au plus vite.

Que penser du geste de Fekir ?

« Pas nécessaire », « aucun intérêt », « quelle bêtise », ont déclaré les commentateurs de beIN Sports. « Pourquoi tu fais ça ? », a semblé lui demander, sans manifester d’agressivité, Vincent Pajot. Du côté lyonnais et de celui des bons gros rigolards, on défendait le droit au chambrage, arguant que ça faisait partie d’un derby…

Je fais partie de ceux qui pensent que c’était quand même un peu con. Ouais, un derby, c’est beaucoup d’enjeu, Fekir est un pur Lyonnais, donc il le sait mieux que personne, et ce 5-0 était historique pour l’OL (comme pour l’ASSE)… Mais justement, quand tu connais l’importance de ce match, tu sais ce que ça peut représenter pour les supporters locaux de se prendre une telle dérouillée. Si tu voulais les humilier, tu l’as déjà fait en marquant ce but, donc c’est comme Maxwell Qualité Filtre (pour ceux qui ont connu le Minitel et le Télétexte), ce n’est pas la peine d’en rajouter. Pour faire une analogie, c’est un peu comme si Sangoku se battait contre Vegeta (pour ceux qui ont connu le télégraphe et les lampes à huile : ce sont deux personnages de Dragon Ball / Dragon Ball Z), le mettait KO en moins de deux pages / d’un demi-épisode, et lui déposait ses testicules sur le front en lui criant : « MAINTENANT, TU VAS DIRE ‘JE SUIS UNE LICORNE’ ! » Rien ne lui interdit de faire ça, comme rien n’interdisait à Fekir de célébrer son but de cette façon. Mais ce n’est ni classe, ni humble. Et l’humilité est le sceau des vrais champions, comme le disait (sans doute) Ibra.

Fekir est-il le nouveau Messi ?

Certains ont comparé le geste de Fekir avec celui de Messi face au Real, Cristiano Ronaldo face au Barça, ou encore Icardi face au Milan AC. Premièrement, ce n’est pas parce qu’il y a des antécédents idiots qu’il faut les répéter. Mais surtout, les contextes étaient très différents. Dans le sens où, pour chacun de ces exemples, le joueur en question venait de marquer le but de la victoire après un match serré. Quelle différence ça fait, me direz-vous ? Ça fait tout simplement que le club adverse ne venait pas de se prendre une fessée historique. Là, avec ce 5-0, les supporters sont tristes, dépités, « verts » de rage… Les provoquer, que ce soit en montrant ton maillot ou en leur disant de descendre pour leur mettre un high kick, à ce moment, c’est prendre encore plus le risque de déchaîner des pulsions animales chez des gens qui ne les répriment pas toujours. La célébration dans l’absolu n’est donc pas forcément à bannir, mais Nabil, il faut prendre en compte le contexte. « Feel the room », comme dit Marshall dans How I Met Your Mother.

Jean-Michel Aulas toujours prêt à montrer l’exemple

Après, c’est sûr que les joueurs, lyonnais comme stéphanois, sont conditionnés pour se comporter ainsi. Il faut détester le rival autant qu’il faut aimer son club. Heureusement que les dirigeants sont là pour montrer l’exemple… Jean-Michel Aulas a donc profité de sa volubilité habituelle sur Twitter pour en rajouter une couche et amplifier les provocations envers les Stéphanois. Finalement, le contraire nous aurait étonnés. A la question « peut-on avoir 68 ans, être un grand dirigeant et être immature ? », le président Aulas répond « Prout ».

Les supporters stéphanois tout en retenue face à la provocation de Fekir

Le comportement de Fekir était donc au mieux maladroit, au pire crétin. On peut légitimement penser qu’avec un peu plus d’humilité de sa part, on aurait pu éviter les débordements qui ont suivi. « L’humilité, c’est pas quand y a des infiltrations ? », demande Perceval dans Kaamelott. En l’occurrence, des infiltrations, il y en a eu des dizaines, comme le nombre de supporters des Verts qui sont descendus sur le terrain…

Il y a vraiment des gens pour qui ça paraît normal de faire ça ? Remettons encore une fois les choses dans leur contexte : Fekir a chambré les supporters adverses, mais en fin de compte, il a juste montré son maillot. Ce n’était pas très malin, mais c’est tout ! Remarquez, ça aurait pu être pire, il aurait pu montrer son… écusson (vous pensiez à quoi ?). Comment ça peut justifier que des dizaines de génies envahissent leur pelouse ? Dans quel but ? Aller casser la gueule à Fekir ? C’était ça le projet ? Est-ce possible d’être à ce point aveuglé par la passion de son club pour perdre toute raison ?  Il n’y a absolument rien qui puisse justifier un tel comportement de décérébrés. Tout comme il est difficilement compréhensible de passer son temps à insulter un joueur de sa propre équipe et de descendre des tribunes pour essayer de lui mettre des beignes. Ce qui ne justifie pas non plus l’attitude d’un joueur, Evra (pour ceux qui bavardaient au fond), qui s’exerce aux reprises de volée avec la tête des dits supporters.

Quant à la sécurité du stade Geoffroy-Guichard, elle m’a semblé au niveau de son équipe. J’ai toujours été surpris de constater la facilité qu’ont certains supporters à entrer dans un stade, celui-ci ou d’autres, avec des fumigènes et autres (gros) pétards, qui sont interdits. Mais là, tu as carrément des dizaines de Prix Nobel qui ont pu envahir la pelouse, avant d’être stoppés par un cordon de CRS. C’est normal, ça ? Alors, c’est sûr que si tu mets des grillages de 10m de hauteur, ça peut poser problème en cas de danger pour les tribunes et d’évacuation forcée… Mais il faudrait peut-être assurer un peu mieux la sécurité des acteurs, sur le terrain et dans les gradins, non ? Bref, je doute que ce soit cette fois qu’on ait une remise en question à ce sujet, tant ces scènes affligeantes semblent désormais acceptées dans le foot.

Le vrai gagnant du derby : Bruno Génésio

Au cœur de toute cette agitation, un homme s’est affirmé en symbole de paix par ses déclarations : l’entraîneur de l’OL, Bruno Génésio, qui a à la fois condamné l’envahissement du terrain et appelé son capitaine à plus de retenue. C’est peut-être lui le grand vainqueur de ce match, avec une victoire qui marque l’histoire de son club, qui assoit son leadership et qui ravit les supporters. Et surtout un comportement digne et élégant dans ce qui aurait pourtant pu être l’exaltation d’une revanche personnelle presque méritée. Mais ce soir-là, celui qui est souvent décrié pour son manque de charisme a montré à ses détracteurs qu’il n’avait pas besoin d’une autre posture pour rendre fiers les siens. « L’humilité d’un seul fait l’orgueil de plusieurs », disait Pascal. Le soir du 5 novembre 2017, à contre-courant des provocations de ses joueurs et de son président, l’humilité de Bruno Génésio a fait l’orgueil de tout le peuple lyonnais.

Vous savez que vous pouvez désormais avoir votre propre article publié sur le Yaourt du Sport ? N’hésitez pas à vous manifester en commentaire, ou sur le Twitter et le Facebook du Yaourt du Sport !

B.

12 réflexions au sujet de « Faut-il blâmer Fekir ou les supporters stéphanois ? »

  1. ben moi je découvre avec stupeur qu’il existe des joueurs et des supporters qui font un peu n’importe quoi.
    je ne parlerai pas de QI au ras des pâquerettes, car on sait que pas mal de gens considérés comme intelligents sont violent : la preuve ? c’est mon cas !
    j’ai regardé attentivement à plusieurs reprises le maillot de Fekir, et je n’ai pas pu me faire une opinion  » neuf ou lavé avec Mir couleurs ? » je pense que les supporters stéphanois se sont posé la même question et c’est sans doute pour en avoir le cœur net qu’ils sont descendus sur le terrain.
    c’est mon interprétation, elle n’engage que moi mais elle a le mérite de calmer le jeu.
    Toutefois pas sûr que ce soit la bonne. j’ai le souvenir d’un match de la grande époque des verts auquel j’ai assisté, où les supporters stéphanois ont conspué les polonais de Lodz pendant tout l’échauffement d’avant match, sans raison apparente . ce n’est pas pour rien qu’on a baptisé Geoffroy Guichard « le chaudron » mais hier malheureusement pour les verts, ils avaient oublié de mettre la potion magique dans le chaudron

    • Ton interprétation se tient aussi. Pourrait-elle également expliquer l’altercation avec Evra ?
      Quant au chaudron, j’ai cru comprendre que les joueurs de Saint-Étienne n’étaient pas frais. « Pas frais, les joueurs ?! », se serait emporté Lacroix, d’où le carton rouge. Ils sont fous, ces Verts.

  2. pour l’altercation avec Evra, on peut imager qu’il tend sa semelle au supporter en disant : » tu pourrais regarder, je crois bien que j’ai un crampon qui est dévissé… » (version de son avocat maitre Dupont d’Isigny)
    mais c’est sous toute réserve, à la vidéo on n’arrive pas bien à lire sur ses lèvres.
    ça pourrait tout aussi bien être « je vais te le défoncer ton petit fion d’enculé … »
    donc la prudence est de mise et le préservatif aussi …
    pour l’affaire de Lacroix qui voit rouge à cause des verts, je ne peux pas répondre, je suis daltonien …

    • Pas évident de lire sur les lèvres, certains mots sont vraiment difficiles à distinguer. Comme par exemple « dévissé » et « enculé ». Pourtant, quand on change un seul mot dans une phrase, le sens peut s’en trouver complètement différent. J’accorderais le bénéfice du doute à Evra, qui a toujours été exemplaire.

      • Perso, j’ai lu « regarde les crampons que je vais enfoncer dans ton petit fion d’enculé ! »
        Mais suis pas sur d’avoir bien lu : y avait de la neige sur l’écran de mon vieux telefunken.
        Sinon j’ai été assez choqué de voir un Mawashi-Geri, parfaitement exécuté, requalifié en banal « coup de pied ». Bon équilibre. Maîtrise, rapidité et souplesse. J’ai été impressionné.
        Ca manquait de puissance mais en l’occurrence, c’est pas forcément une mauvaise chose.

  3. Toujours un plaisir de te lire, j’adore ce que tu fais!
    Mais stoppons là la flagornerie gratuite, je ne dirai rien pour Fekir (ni contre) , mais concernant papy Evra, je dirais que cette dernière action reflète l’image de lui-même que Pat a modelée durant toutes ces années: affligeante.

    • Merci, c’est sympa !
      Ce qui est con avec Evra, c’est qu’il aura autant marqué le foot par son comportement que par sa carrière, qui est pourtant rare pour un Français.

  4. Merci pour ton article.
    T’as tout dit mais j’ai quand même envie d’y mettre mon grain de sel.

    Quand j’écoute des commentateurs sportifs et que je les entends dire « C’est un garçon intelligent », j’ai tous les poils de mon torse velu qui se dressent.
    Y a pas de nom pour la connerie de ces tarés qui pensent avec les pieds. Dans le cas de Fékir, il enlève posément son maillot, l’argument « euphorie du moment » tombe. C’est le but du 5-0, l’argument « but de la victoire après un dur combat » ne tient plus. En montrant son maillot, Ronaldo répondait à Messi. Fékir a juste reproduit un geste qu’il avait vu. Comme un primate et surement pas comme le « garçon intelligent » que certains essaient de nous vendre !
    Ultime argument (de DD) : « C’est quelqu’un de spontané, qui ne réfléchit pas ! »
    C’est confirmé, sur écran large, réfléchir, c’est pas son truc.

    Quand à son patron, il va bientôt falloir compulser le dictionnaire médical pour parler de son cas. Pick ou Korsakoff, difficile de se prononcer.

    • Pour prendre sa défense, on peut être intelligent et se laisser aller à des élans de spontanéité par moments. En l’occurrence, je crois qu’il s’est laissé emporter par l’euphorie et a voulu chambrer, sans réfléchir aux conséquences. Ce n’était donc pas très futé, mais sans doute pas prémédité.
      Il y a déjà plus de préméditation chez son président.

  5. Quitte à prendre la défense de quelque chose autant le faire pour des bestioles en voie de disparition … ou autre.
    Pas celle d’un millionnaire débile. Intelligent sauf quand il est con !

  6. Ping : France - Pays de Galles (2-0) : les notes des Bleus | Le Yaourt du Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *