France – Islande (5-2) : les notes des Bleus

Un quart de finale d’Euro à domicile, c’est déjà motivant en soi. Mais ce dimanche 3 juillet 2016, au Stade de France, les joueurs de l’équipe de France se sont présentés face à l’Islande avec une envie décuplée. On les a en effet sentis bouleversés par l’annonce du décès de Michel Rocard et ils ont certainement vu ce quart de l’Euro 2016 comme une belle façon de rendre hommage à leur homme politique préféré. C’est pourquoi ils ont tout donné et, malgré l’émotion liée à cet hommage, ils sont parvenus à empocher leur qualification pour les demi-finales de leur Euro avec une victoire spectaculaire 5-2 face aux valeureux, mais quand même bien moisis, Islandais. Le Yaourt du Sport vous livre les notes des Bleus pour ce France – Islande (5-2) !

France - Islande (5-2) : les notes des Bleus

France – Islande (5-2) : les notes des Bleus

Lloris (6,5) : Sa plus belle action reste le toss de début de match (-3e). Un choix réfléchi, une stratégie bien pensée, il a parfaitement lancé les Bleus en gagnant cette guerre psychologique.

Evra (5,5) : Le taulier. Le patron. Quand il faut répondre présent face aux meilleurs attaquants du monde, il est là. Un beau 5,5, c’est sa meilleure note du tournoi, bravo. Quand on pense que d’ici dix ans, il sera sélectionneur des Bleus… Avec Nicolas Anelka en adjoint. Et Abou Diaby en préparateur physique.

Umtiti (5,5) : J’ai cru voir un Umgrosminet. Dommage de n’avoir jamais pu l’aligner en charnière avec Mikaël Silvestre, mais avec son caractère, je pense que ce dernier aurait essayé de le bouffer.

Koscielny (7) : Toujours solide depuis le début de l’Euro, il obtient encore une bonne note, après avoir muselé… Kurt Kolbein Sightorsson (ou plutôt Sigþórsson en version originale, notez l’espèce de « p » chelou). Oui, on parle bien du joueur du FC Nantes. Celui qui n’est même pas le meilleur attaquant de la 2e pire attaque de Ligue 1. Remplacé par Mangala (72e), ce qui a permis de bien désorganiser la défense. A reconduire en demies.

Sagna (6) : Sur le papier, la France est quand même très supérieure à l’Islande. Sauf sur un poste. Saurez-vous retrouver lequel ? On charrie, mais il a fait le boulot ce soir et s’est même montré sur le 3e but (42e).

Matuidi (6,5) : Habitué aux quarts de finale avec le PSG, il a tenté de conserver son habitude de se faire éliminer. Malheureusement, il a été décisif sur son premier ballon pour Giroud (12e)… Est-il déjà nostalgique du club parisien qui devrait le foutre rapidement à la porte ?

Pogba (7) : On en revient toujours au débat : Pogba à droite ? Pogba à gauche ? Clairement, sa note le prouve : sa place était à droite, bien à droite. Voilà, encore un peu plus. Encore un peu plus à droite. Parfait. Sur le banc… Il a marqué (20e) ? Merde, ben oubliez, on a toujours été derrière toi, Paulo !

Payet (7) : Ce soir, avec un seul petit but (42e) et une seule passe décisive (58e), on peut légitimement se poser la question : Payet méritait-il d’être sélectionné pour l’Euro ? J’ai jamais été très enthousiaste perso… Remplacé par Coman (80e), un choix étonnant : on n’a pas compris le pourquoi du Coman.

Griezmann (8) : Après son doublé contre l’Irlande, il est redevenu le chouchou des Français, au détriment de Payet et de Pierre Ménès. Mais avec son nom espagnol, son grand-père portugais et sa gueule d’Islandais, j’aurais pas confiance. Heureusement, pour s’intégrer, il marque encore un (superbe) but (44e) pour devenir meilleur buteur de l’Euro et délivre 2 passes décisives (20e, 42e) pour aller chercher le Ballon d’or.

Sissoko (6,5) : Arriver en demi-finale de l’Euro avec Sissoko, c’est presque aussi fort qu’y parvenir avec Ricardo Carvalho. Mais contrairement au Monégasque, Moussa fait son match et va encore chercher une bonne note. Imprévisible.

Giroud (8) : Vous vous rappelez cette superbe action où il fait un excellent appel, suivi d’un contrôle parfait et une magnifique frappe ? Non ? Je vous promets que j’ai écrit cette phrase avant le match, pour déconner. Et bien, c’est exactement ce qui s’est produit sur l’ouverture du score (12e). Et en plus, il en ajoute un deuxième pour la route (58e). Et en plus, il fait une déviation décisive pour Griezmann (44e). Remplacé par Gignac (60e), qui aurait pu bénéficier d’un penalty… s’il n’était pas tombé tout seul (67e).

Vous préférez voir le Portugal en finale de l’Euro 2016 ou écouter les meilleurs tubes de Christophe Maé interprétés par will.i.am ? Répondez en commentaire, ou sur le Twitter et le Facebook du Yaourt du Sport ! Et consultez nos prophéties !

B.

4 réflexions au sujet de « France – Islande (5-2) : les notes des Bleus »

  1. Hola M’sieur Yaourt … 5.5 pour Evra ! C’est bien payé alors que les 2 buts viennent de son côté ! Pour le deuxième, on sait même pas s’il était pas allé faire la bise à sa femme, parce qu’il est même pas sur l’image …

    En même temps ça permettra de pas lui en mettre une négative contre l’Allemagne … ça devrait être Müller, sauf erreur ?

    A part ça, bien cramés les Islandais ! Bravo à eux.

    • On m’a dit ça sur Facebook aussi ! Mais il a quand même réussi plusieurs interventions défensives, c’est déjà pas si mal. Sur les 2 buts, sa responsabilité peut être engagée, mais certainement pas tout seul. Et puis, avec cette belle victoire, on voulait sans doute mettre plus que la moyenne à tout le monde ! ;)

  2. je rappelle que Michel Tocard ( à ne pas confondre avec l’homme politique que tu cites) a fait toute sa carrière footballistique à Condry sur Brison en Meuse atlantique et n’a jamais été sélectionné en équipe de France.
    Sinon, je divise toutes tes notes par deux, car face à cette équipe , qui elle, comprenait pas mal de tocards, les français n’ont pas eu à forcer leur talent !
    mais je multiplierai par 3 ces même notes si « les bleus » font le même résultat contre la « manschaft » ( je ne sais pas quel est le rigolo qui a utilisé ce terme ,dont je rappelle aux illettrés que la traduction française est « l’équipe » , pour désigner l’Allemagne, au lieu d’appeler nos cousins germains, les « black and Whithe » surnom qui leur irait comme gant et surtout comme un maillot et un short de la même couleur …
    je ne veux pas adresser d’insultes posthumes à Thierry. Roland mais je ne serais pas surpris que ce soit une des ses « finesses »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *