Euro 2016 : Bilan du premier tour

Aujourd’hui, le Yaourt du Sport joue les hôtes de luxe (un peu comme Marseille) et donne la parole à une lectrice qui a souhaité partager avec nous son bilan du premier tour de l’Euro 2016. Karine nous a écrit sur Twitter et après plusieurs échanges sur la meilleure manière de se débarrasser d’Evra, elle a souhaité prendre la plume sur le blog (ouais, notre blog fonctionne sur une vieille techno) pour livrer ses impressions sur cette phase de groupes. Vous vous êtes éclatés pendant ses premiers jours de compétition ? Et bien, pas notre auteure du jour, qui a plutôt envie de dézinguer tous les travers de cet Euro franchement soporifique…

Euro 2016 : merci pour le spectacle

Euro 2016 : résultats du 1er tour

A l’aube de ces huitièmes de finale, il était de bon ton de faire un « bilan » de cet Euro nouvelle formule 2.0.

Comme dirait Michel Sardou : « qu’est-ce qu’on s’emmerde ». Enfin, qu’est-ce que je me suis emmerdée… 69 buts en 36 matchs, 11 matchs nuls, une moyenne de 1,91 buts/match… On a quand même connu mieux… Ne serait-ce qu’il y a 4 ans avec une moyenne de 2,5 buts/match à ce stade de la compétition et 5 matchs nuls seulement (bien sûr, tout est à rapporter au nombre d’équipes mais très rares étaient les 1-0).

Mais pas question de faire un papier sur l’UEFA et sa pathétique gestion aléatoire de cet Euro, on rentre dans le vif du sujet avec peu de surprises finalement…

Bilan du 1er tour de l’Euro 2016 groupe par groupe

Les « favoris » se sont qualifiés, sans la manière, on ne va pas se mentir. Je pense en particulier au Portugal qui finit 3e de son groupe, et pour qui, comme le dit l’adage, « l’important, c’est les 3 points ».

Du coup, ça passe pour la France et la Suisse dans le groupe A. Particularité de ce groupe : la France va rentrer dans le Guinness des records des matchs les plus longs du monde. Car depuis France-Roumanie, il n’y a pas eu un jour où les Bleus n’ont pas fait la Une de notre quotidien favori : entre « l’inquiétude Griezmann », « le casse-tête de Deschamps », « la tentation de Deschamps », « l’Irlande veut sa revanche », etc. Aujourd’hui, on ne peut pas vraiment dire qu’on ait eu une sensation de manque…

Dans le groupe C, l’Allemagne s’est qualifiée « haut la main », comme à la Grande Époque, et risque peut-être de nouveau d’envahir Paris. Pour se faire, il faudra qu’elle « annexe » l’Italie ou l’Espagne. Affaire à suivre…

On passe au fameux groupe de la mort : le groupe E. Je comprends mieux pourquoi il a été surnommé ainsi : au vu des prestations livrées par l’Italie, la Belgique ou encore la Suède, il y avait vraiment de quoi se tirer une balle. Qualification néanmoins de l’Italie, la Belgique et l’Irlande, la bonne surprise de ce groupe.

Après le groupe de la mort, place au groupe de la surprise : je veux parler du groupe F. Groupe dans lequel le Portugal, qui faisait tout de même figure de favori, s’est qualifié sur le fil du rasoir au terme d’un match épique : 3-3 face à la Hongrie. C’est dire le niveau des équipes…

Autre groupe de la surprise : le groupe B. Qui avait parié sur le Pays de Galles premier de ce groupe ? Personne. Et personne n’imaginait également que Gareth Bale serait le meilleur buteur de la compétition. Pays de Galles, Angleterre et Slovaquie, voici la liste des qualifiés de ce groupe. Si la logique est respectée, l’Angleterre ne devrait pas tarder à sortir de l’Euro également… Est-ce que ce sera face à l’Islande ? Face à la France ? RDV dans les prochains jours pour le savoir.

Et maintenant, place au jeu ?

Avant de terminer, j’avais envie de revenir sur mon match favori de cette phase de poules, à savoir Angleterre-Russie. Le seul match au cours duquel il y avait du show sur le terrain mais aussi en dehors ! Bien sûr, il y a eu des blessés mais il ne faut pas oublier que, dans toute guerre, il y a toujours des dommages collatéraux… Je rappelle quand même que, dans ces pays-là, les supporters sont sélectionnés (true story), non pas sur leurs connaissances en foot, mais plutôt sur leur niveau en krav maga, kick boxing ou karaté (il faut être minimum ceinture noire). Et ils doivent être également bouteille d’or de descente !

Je terminerai avec les outsiders de l’Euro : fini la Turquie, l’Ukraine, la Russie, l’Albanie, la Roumanie, la Suède, la République Tchèque et l’Autriche. Tous ces pays qui nous ont fait chier ! A jouer à 11 derrière, en défendant constamment et en bloquant tous les espaces… Ces équipes qui empêchent de développer du beau jeu, si tant est que cela soit possible ! Adieu donc à tous ces pays qui restent à la porte de l’Euro, tant sur le plan politique que sur le plan footballistique !

Qui a dit qu’il n’y avait pas de justice en ce bas monde ?

Euro 2016 : tableau final

Vous avez réussi à ne pas trop vous ennuyer, vous, durant ce premier tour ? Dites-nous votre secret en commentaires, ou sur le Twitter et le Facebook du Yaourt du Sport, ou sur le Twitter de notre nouvelle rédactrice ! Et consultez nos prophéties !

K.

3 réflexions au sujet de « Euro 2016 : Bilan du premier tour »

  1. euh , je viens de divorcer …. pourrais-je avoir une photo de Karine ?
    Non ? tant pis .
    quel rapport avec le foot,? ..Faites preuve d’un peu d’imagination, des allusions cochonnes avec le ballon rond, ça ne doit pas manquer. …

  2. Ping : Euro 2016 : bilan et équipe type | Le Yaourt du Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *