Tour de France 2013 : bilan à mi-parcours

Je sais ce que vous allez dire : on n’est pas tout à fait à mi-parcours. Mais après l’étape d’aujourd’hui et à deux jours d’attaquer le Ventoux, il était temps de faire un petit bilan de ce 100e Tour de France ! L’occasion de revenir sur les grands favoris, pour le maillot jaune et pour le maillot vert, et de faire le point sur les pronos du Yaourt du Sport ! Et pour vous aider dans la lecture de l’article, n’oubliez pas de jeter un œil à l’indispensable Tour de France pour les nul(le)s. Sinon, vous pouvez toujours vous rendre directement sur les routes du Tour pour attraper les cadeaux de la caravane !

Froome au contrôle anti-dopage

Maillot jaune : Froome impérial malgré des Sky secs

– A l’arrivée à Ax 3 Domaines, fin de la 8e étape, on craignait que le suspense ait mis les voiles sur cette 100e Grande Boucle. Christopher Froome vainqueur s’emparant du maillot jaune, son fidèle Richie Porte le suivant tant au classement de l’étape qu’au général. Et je vous le dis franchement, bien que je regrettais que le Tour puisse être joué dès la première semaine, je jubilais et me voyais déjà fanfaronner : « je vous avais dit que Porte était la menace la plus sérieuse pour Froome », « comme annoncé, les Sky sont invincibles, le Yaourt aussi »… Oui mais voilà, le lendemain, à Bagnères-de-Bigorre, patatras, Porte passe par la fenêtre ! 18 minutes dans la charnière, sans même sortir de ses gonds. Résultat, l’Australien est à une demi-heure de son coéquipier… Mais surtout, ce n’est pas la seule défaillance du Team Sky ! Froome a dû se sentir bien seul dimanche, lors de la 9e étape, après avoir vu ses équipiers lâcher un à un… Il a ensuite vu abandonner Kiryienka, puis Boasson Hagen, qui selon moi n’est que trop peu pris en considération chez Sky…

Pour autant, Froome n’a pas semblé vraiment inquiété… jusqu’à aujourd’hui. Après avoir terrassé la concurrence à Ax 3 Domaines, géré tout seul à Bagnères-de-Bigorre (notamment parce qu’il a été peu attaqué par ses rivaux), creusé l’écart dans le contre-la-montre du Mont-Saint-Michel qu’il était proche de remporter, compté plus de 3 minutes d’écart sur son dauphin (Valverde à ce moment), on voyait mal ce qui pouvait donner de l’espoir aux autres… Mais aujourd’hui, petite étape tranquille Tours – Saint-Amand-Montrond. Et là, paf, le coup de bordure qui fait mal (je laisse l’explication de ce phénomène, qu’on annonçait quelques étapes plus tôt, à nos confrères de Métro) ! Les Saxo de Contador qui roulent, avec le concours des Belkin… Résultat : le « peloton » réduit à 13 unités et Froome, encore isolé, qui accuse un retard d’un peu plus d’une minute à l’arrivée ! Bon, il lui reste près de 2 minutes 30 d’avance, avance qui va sans doute augmenter dans les Alpes… Mais cette défaillance de la Sky laisse un semblant de suspense.

– Petit point sur les autres rivaux ! Alberto Contador, bien accompagné par Roman Kreuziger (un peu bridé par son rôle d’équipier), a profité de l’étape d’aujourd’hui pour se refaire un peu la cerise. Principal gagnant du jour, il remonte sur le podium après une première semaine en demi-teinte. Pas mal, mais loin du niveau de Froome, que ce soit en montagne ou en chrono, El Pistolero n’a jamais semblé en mesure de prendre le maillot jaune. Mais il l’a annoncé : il est meilleur durant la dernière semaine. Le temps de trouver une bonne boucherie sur le parcours sans doute…

Alejandro Valverde m’a surpris durant la première moitié de la course : plutôt dans le coup, étant l’un des derniers à résister à Froome dans les Pyrénées, limitant la casse au Mont-Saint-Michel, il occupait logiquement la deuxième place. J’attendais de voir quelle tuile il allait ramasser… Et bien c’était pour aujourd’hui ! Une des pires crevaisons de l’histoire du Tour : 10 minutes dans les rayons et un passage de la 2e à la 16e place ! Dans le Top 50, on aurait appelé ça le gadin de la semaine ! Retour à la normale donc. Quant aux autres grimpeurs espagnols, Joaquim Rodriguez n’est même pas impressionnant en montagne et a pris ses 3 minutes habituelles en contre-la-montre. Quant à Haimar Zubeldia, je ne l’ai même pas vu.

– Côté BMC, c’est la soupe à la grimace. Cadel Evans, le leader, a du mal à mettre une roue devant l’autre, même en chrono, sa spécialité. Remarquez, avec une 12e place au général, il limite beaucoup mieux la casse que son jeune coéquipier Tejay Van Garderen, dont on (je ?) attendait beaucoup. Complètement à côté de ses pédales, le maillot blanc de l’an dernier est à près de 40 minutes de la tête du classement. Circulez, y a rien à voir. Quant à Jurgen Van den Broeck, il a chuté et abandonné… Enfin, Andy Schleck, lui, n’a pas encore abandonné et c’est déjà un succès. Mieux, une surprise.

– On n’avait pas parlé d’eux, mais ils sont là : les Belkin Bauke Mollema et Laurens Ten Dam. Alors autant le nom de Mollema était sorti, mais je n’y croyais pas tellement, autant Ten Dam sort un peu de nulle part. Ça n’a jamais été une tanche, mais pas de quoi viser un podium sur le Tour… Du coup, je le vois sauter dans les Alpes. Et Mollema avec, en limitant peut-être un peu la casse, d’autant qu’il se débrouille bien en chrono. On regardera également Nairo Quintana, nouveau leader de Movistar depuis la défaillance de Valverde, qui devrait animer la fin de la course mais qui va sans doute encaisser quelques minutes dans le prochain contre-la-montre. Il a un maillot blanc à récupérer, grandement menacé par Kwiatkowski. Et Jakob Fuglsang pourrait profiter de toutes ces défaillances pour se glisser à une bonne place… Notre pronostic yaourt pour le Top 5 :

  1. Christopher Froome
  2. Alberto Contador
  3. Roman Kreuziger
  4. Bauke Mollema
  5. Nairo Quintana

Maillot vert : un plateau du sprint mondial équilibré

– En fin de compte, les sprints sont très disputés cette année, plus que les éditions précédentes. Peter Sagan et Mark Cavendish sont moins impériaux. Néanmoins, comme prévu, le premier cité est très bien engagé dans sa quête du maillot vert, avec près de 100 points d’avance sur son dauphin. Pourtant, comme l’a remarqué un follower du Yaourt du Sport, Sagan semble moins rapide que ses adversaires… Mais pour être sacré « meilleur sprinteur du Tour », il vaut mieux savoir bien grimper ! Ce qui est le cas du Slovaque, qui en profite à chaque fois pour creuser l’écart au classement par points. Quant au Britannique, il n’est plus aussi dominateur que par le passé mais il a tout de même signé, en grande partie grâce à son équipe, deux succès, ce qui fait 25 au total sur le Tour de France.

– Mais cette année, les meilleurs sprinteurs sont peut-être allemands ! Comme nous vous l’avions indiqué, la puissance d’André Greipel fait de lui un concurrent redoutable, peut-être plus rapide que les deux précédents. Et vu ses résultats dans les sprints intermédiaires, il ne lui manque que quelques capacités en montagne pour pouvoir empocher un maillot vert. Mais la vraie sensation, c’est Marcel Kittel ! On le savait très véloce, mais je pensais que la concurrence interne de John Degenkolb pouvait lui faire de l’ombre. Quoi qu’il en soit, avec 3 victoires d’étapes, dont 2 sprints massifs, il est l’un des coureurs marquants de cette première partie de Tour !

Notre pronostic yaourt pour le maillot vert : Peter Sagan, évidemment.

Où sont les Français ?

Pour conclure, un mot des coureurs qu’on voulait suivre plus ou moins attentivement… Tony Martin a rempli son contrat en remportant son étape chronométrée, on a vu Flecha à l’avant, sans succès. Les Garmin ont déçu sur le chrono par équipe, tout comme Talansky, dont on attendait peut-être plus. Quant à Jack Bauer, il a déjà dépassé les 24 heures… Il doit être parti pour plusieurs saisons. On n’a pas encore vu Philippe Gilbert ou Johnny Hoogerland, ce qui devrait évoluer d’ici la fin de la course.

Quant aux Français, ils ont un peu disparu des radars… Nacer Bouhanni a été contraint à l’abandon, Thibaut Pinot, largué, n’a pas semblé supporter la pression et les autres (Voeckler, Vichot…) ont été plutôt discrets. A la limite, Pierre Rolland, à la rue au général, s’est rabattu sur le maillot à pois. C’est tout le mal qu’on lui souhaite… Et Jean-Christophe Péraud est dans le Top 10. Pour l’instant. On est globalement un peu déçus, mais on prend ce qu’il y a à prendre. En espérant des jours meilleurs.

Et vous, que retenez-vous de cette première moitié du Tour de France 2013 ? Venez nous le dire en commentaire, ou rejoignez-nous sur la page facebook du Yaourt du Sport ou sur le compte Twitter du Yaourt du Sport !

B.

1 réflexion sur « Tour de France 2013 : bilan à mi-parcours »

  1. Ping : Bilan du Tour de France 2013 : Froome, Quintana, Sagan, Kittel et les autres… | Le Yaourt du Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.