Qui va gagner le Tour de France 2013 ?

Nous y sommes ! Le centième Tour de France ! La Grande Boucle, édition 2013, s’élance demain, samedi 29 juin, avec un grand départ depuis la Corse. Au menu, un contre-la-montre par équipe, deux CLM individuels, de belles étapes de montagne, dont une où il faudra grimper l’Alpe-d’Huez à deux reprises ! Un Tour exigeant donc, mais quel Tour ne l’est pas ? Et cette année, qui va sortir son épingle du jeu ? Cette année encore, après ses brillants pronostics sur le Tour 2012, le Yaourt du Sport décrypte pour vous les forces en présence sur ce Tour de France 2013 : pour le maillot jaune, le maillot vert et les victoires de prestige. Et si vous craignez de ne pas tout comprendre durant cet article ou durant ces trois semaines de course, vous pouvez jeter un œil au Tour de France pour les nul(le)s !

Une belle image du Tour de France 2012

Une belle image du Tour de France 2012

Maillot jaune : qui peut battre Froome ?

Le grand favori

Christopher Froome (Sky) : En l’absence de son coéquipier, Bradley Wiggins, vainqueur l’an dernier, Froome, qui avait grandement contribué à ce succès, est le favori légitime. Et le nouveau leader de la Sky est plutôt en forme en cette année 2013 : vainqueur du Tour d’Oman, du Critérium international, du Tour de Romandie, du Critérium du Dauphiné, 2e de Tirreno-Adriatico… A la limite, celui qui l’a battu dans cette dernière course aurait pu l’inquiéter, me direz-vous ! Mais il s’agit de Vincenzo Nibali, et il n’est pas présent sur la Grande Boucle… Bref, sauf nouvelle bataille interne, on voit mal qui dans la concurrence pourrait contester la suprématie du Kenyan blanc (il est né à Nairobi)… Il est donc logiquement notre favori n°1 ! Et ça ne nous réjouit pas plus que ça… Il faut tout de même savoir qu’avant son éclosion surprise en 2011 avec une 2e place sur la Vuelta (Tour d’Espagne), son principal fait d’armes était une victoire d’étape sur le Tour du Japon… Froome, ou comment passer en quelques années à peine d’un cyclotouriste à un champion invincible… Sa probabilité yaourt de gagner : 60%.

Les outsiders sérieux

Alberto Contador (Saxo Bank) : El Pistolero est de retour ! Pour notre plus grand plaisir !… Non, je plaisante, on a du mal à l’encadrer lui aussi. Mais force est de constater que le vainqueur du Tour 2007 et 2009 (ceux pour lesquels il n’a pas encore été déclassé, contrairement à 2010) est toujours un candidat crédible. Et puis, il ne faut pas oublier qu’il a remporté le dernier Tour d’Espagne. Cependant, en 2013, il n’a quasiment rien gagné. Souvent placé, jamais gagnant. Prenons le pari que ce sera la même chose sur ce Tour. Ce serait un moindre mal. Sa probabilité yaourt de gagner : 10%.

Richie Porte (Sky) : Finalement, la seule menace crédible pour Froome, c’est son équipier Richie Porte. Un peu comme l’an dernier, où Froome a semblé pouvoir menacer Wiggins. Pourtant, me direz-vous, Porte est plutôt connu pour être un bon rouleur, pas un grimpeur d’exception. Oui mais voilà, la Sky sait transformer ses coureurs… Désormais, Porte est un coureur capable de tenir la dragée haute à Froome ou Armstrong, de remporter Paris-Nice ou de finir 2e du Critérium du Dauphiné. Alors s’il reste bien sagement au service de Froome, ils seront difficiles à battre et peuvent faire premier et deuxième. S’il lui prend des envies de désobéir… Sait-on jamais ce qui peut se passer… Sa probabilité yaourt de gagner : 20%.

Les autres outsiders, pour un bon classement mais sans doute pas gagner

Tejay Van Garderen (BMC), Cadel Evans (BMC), Jurgen Van den Broeck (Lotto) : Les deux leaders de la BMC gagneraient à travailler main dans la main (façon de parler, sinon, c’est pas pratique). Et à mon humble avis, il serait plus judicieux qu’Evans se mette au service du maillot blanc 2012, qui, lui, a peut-être les moyens d’aller chercher un podium. Quant à Van den Broeck, l’an dernier, il est loin d’avoir été époustouflant, et pourtant, il a fini 4e. Alors, tapi (de sol) dans l’ombre, il peut encore aller chercher une bonne place.

Joaquim Rodriguez (Katusha), Alejandro Valverde (Movistar), Haimar Zubeldia (Radioshack) : Bons grimpeurs, mais pas assez costauds dans les chronos. A la limite, Rodriguez (plus que les deux autres) pourrait prendre une trentaine de secondes aux meilleurs dans les étapes de montagne, mais il pourrait aussi se prendre 2 ou 3 minutes dans les dents à chaque contre-la-montre.

Andy Schleck (Radioshack) : Le vainqueur du Tour 2010 (suite au déclassement de Contador) pourra déjà être satisfait s’il achève la Grande Boucle. Cette année, il a environ jeté l’éponge sur une course sur deux. Sa meilleure performance en 2013 : 25e du Tour de Californie. Allez, Andy, on y croit.

Maillot vert : un duel Sagan – Cavendish arbitré par Greipel ?

Encore une fois, il ne manquera pas beaucoup de grands sprinteurs sur les routes du Tour. Ils sont tous là, ou presque. A commencer par…

Peter Sagan (Cannondale) : Le maillot vert 2012 risque encore de faire des dégâts cette année. Mais le plus énervant avec Sagan, ce n’est pas tant qu’il est un excellent sprinteur. C’est qu’il est aussi bon en montagne et en chronos. Pas encore au niveau des meilleurs, mais on pressentait déjà l’an dernier que ça ne saurait tarder. Peut-être pas encore pour cette année. Espérons. Quoi qu’il en soit, le champion de Slovaquie est un des meilleurs sprinteurs du monde et il grimpe mieux que tous les autres. Comment le maillot vert pourrait échapper à Super Sagan ? On ne voit pas bien… Remarquez, au moins, quand Sagan est devant vous, il ne risque pas de vous pincer les fesses

Mark Cavendish (Omega Pharma) : 5 victoires d’étapes sur le Tour d’Italie, 4 victoires d’étapes et le classement général du Tour du Qatar (oui, il y a un Tour du Qatar). Entre autres, et ceci juste en 2013. The Man of Man (il est né sur l’île de Man) demeure sans conteste un des tout meilleurs sprinteurs du monde. Et contrairement à l’an dernier où il était chez Sky, il possède cette fois une équipe toute acquise à sa cause. Le problème, c’est qu’il grimpe aussi bien que le Jacky Durand de la grande époque. Par conséquent, il risque de laisser échapper des points à son rival précédemment cité. Bref, selon moi, il gagnera plus d’étapes que Sagan, mais aura du mal à ramener le maillot vert à Paris.

André Greipel (Lotto) : Le seul à pouvoir s’intercaler dans ce duel est peut-être le tout récent champion d’Allemagne. Très puissant et véloce, il grimpe également mieux que Cavendish, mais évidemment moins bien que Sagan. Il ne faut pas non plus oublier que l’an dernier, il a remporté trois victoires d’étapes et fini deuxième du classement par points. Il semble un chouïa en dessous des deux autres monstres, mais il est certain que si l’un d’eux est victime d’une défaillance, Greipel saura en profiter.

– Les autres : Nacer Bouhanni (FDJ), Matthew Goss et Daryl Impey (Orica), John Degenkolb et Marcel Kittel (Argos). On pourrait voir chacun de ses coureurs remporter une étape, mais ce serait surprenant qu’ils parviennent à gagner le maillot vert. En tout cas, pour une fois qu’on a un sprinteur français, espérons qu’il accroche une étape ! Bouhanni est effectivement le grand espoir du sprint français, avec entre autres Arnaud Démare, qui n’est pas sur le Tour. Quant aux autres, tous très rapides, ils vont déjà devoir se mettre d’accord sur l’identité du leader à emmener lors des sprints massifs…

Pronostic yaourt pour le maillot vert : Peter Sagan.

Les autres coureurs à surveiller, plus ou moins attentivement

Et oui, le Tour, c’est aussi des contre-la-montre, des arrivées accidentées pour  punchers… Bref petit tour de ceux qui pourraient se distinguer, dans le désordre : Edvald Boasson Hagen (Sky), Philippe Gilbert (BMC), Jakob Fuglsang (Astana) (certains le voient jouer une place au général, avec son coéquipier Brajkovic, mais je reste sceptique), Michael Rogers (Saxo Bank) pour les chronos, Tony Martin (Omega Pharma) pour les chronos aussi, Thomas De Gendt (peut-être même pour une place au général ?), Juan Antonio Flecha, toujours là, et Johnny Hoogerland (Vacansoleil), ainsi que toute l’équipe Garmin, pour le chrono par équipe d’une part, et pour des victoires d’étape d’autre part. Presque tous en sont capables dans cette équipe homogène, mais je n’ai pas l’impression que l’un deux peut vraiment être dangereux au général. On s’attardera tout de même sur Andrew Talansky, prometteur. Et aussi sur Jack Bauer (il y a vraiment un coureur qui s’appelle comme ça). J’ai comme le pressentiment qu’il va boucler le Tour en 24 heures chrono…

Et on termine avec un mot sur les Français qu’on n’a quasiment pas évoqués jusqu’à présent (si ce n’est Bouhanni). Pour le général (top 20, voire top 10 si prouesse), on surveillera Pierre Rolland (Europcar) même si peu en forme, Thibaut Pinot (FDJ) dont on attend beaucoup (trop ?), et quelqu’un d’AG2R, peut-être Jean-Christophe Péraud, sans conviction. Et pour les victoires d’étapes, on misera sur Thomas Voeckler (Europcar), comme d’hab’, Arthur Vichot (FDJ) qui voudra étrenner son maillot de champion de France, et Sylvain Chavanel (Omega Pharma) peut-être même en chrono.

Allez, bon centième Tour à tous ! On fera des points réguliers ici, ou sur Facebook et Twitter, pour voir si on s’est encore vautré dans nos pronos !

B.

3 réflexions au sujet de « Qui va gagner le Tour de France 2013 ? »

  1. Ping : Le Tour de France pour les nuls et les nulles | Le Yaourt du Sport

  2. Ping : Analyse du Tour de France 2013 à mi-course : Froome, Valverde, Sagan, Cavendish… | Le Yaourt du Sport

  3. Ping : Bilan du Tour de France 2013 : Froome, Quintana, Sagan, Kittel et les autres… | Le Yaourt du Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *