Top 5 des éternels espoirs du foot français

Hatem Ben Arfa à l'OGC NiceA l’heure où on se demande si un match avec les jeunes de Newcastle est une rencontre officielle ou non, on espère pouvoir assister au grand retour d’Hatem Ben Arfa en France. Car le peut-être futur joueur de l’OGC Nice fait partie d’une catégorie dont on adore parler : les éternels espoirs du football français. Un espoir, c’est un joueur qui fait parler de lui pour une raison ou pour une autre, alors qu’il a encore ses meilleures années devant lui. A priori. Parce que dans notre cas, le meilleur n’était pas à venir et ces joueurs resteront comme des ex-futures stars. Un peu les What For du foot français. Le Yaourt du Sport vous livre le Top 5 des espoirs du foot français qui n’ont jamais confirmé.

5. Ibrahim Ba

Ibrahim BaL’école havraise, acte 1. Dans ce classement, « Ibou » Ba est un peu une exception. Déjà, on ne peut pas dire qu’il ait été repéré très jeune. Et il n’a jamais été « espoir ». En effet, c’est surtout en 1997 qu’on commence à (trop) s’enflammer pour celui qui joue à l’époque à Bordeaux. Et ce pour deux raisons. Premièrement, il a les cheveux teints en blond platine. Et Djibril Cissé n’est pas encore passé par là. Et deuxièmement parce que, pour sa première sélection en Bleu, il marque un superbe but avec au passage un petit pont sur Fernando Couto, l’un des meilleurs défenseurs du monde à l’époque. Un peu comme si, aujourd’hui, on s’extasiait parce que Cédric Barbosa avait réussi à dribbler Thiago Silva, vous voyez ? Bref, après ce match, Ibou signera au Milan AC et sera convoqué en 1998 dans la liste des… 28. Mais pas des 22. Dans le baba, Ba. Puis suite logique : Pérouse, Marseille, Bolton, Rizespor et Djurgårdens IF. Et 3 buts marqués en 10 ans. Ballot.

4. Gaël Kakuta

Gael KakutaContrairement à ses camarades du classement, Kakuta n’a pas forcément encore dit son dernier mot. A 23 ans seulement, on peut encore espérer le voir percer. Mais le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est mal parti… Il est un candidat idéal pour la caste des joueurs partis trop tôt dans un grand club. En effet, révélé en équipe de France des moins de 17 ans (puis des moins de 18, puis de 19, puis de 20), il signe, à 17 ans, à Chelsea, en provenance de l’école primaire du RC Lens. Forcément, on voit en lui l’avenir de l’équipe de France, ça paraît certain. Et il appartient toujours à Chelsea !… Mais il n’y aura joué que 16 matchs. Depuis, il enchaîne les prêts sans vraiment crever l’écran : Fulham, Bolton, Dijon (!), le Vitesse Arnhem, la Lazio Rome et le Rayo Vallecano. Pour vous donner une idée, voici une statistique intéressante pour un joueur qui évolue attaquant ou milieu offensif : 105 matchs joués en pro, 14 buts marqués. C’est sûr que si on compare à Lacazette, qui a exactement le même âge…

3. Vincent Péricard

Vincent-PericardComment ? Vous ne connaissez pas Vincent Péricard ? Mais voyons, c’est ce phénomène qui, à 18 ans à peine, signe à la grande Juventus, après seulement deux matchs avec Saint-Étienne ! Avec lui, au début des années 2000, la France tient sans aucun doute la future pépite de son attaque. Tant et si bien que Julien Courbet lui consacrera un reportage intitulé « l’homme qui vaudra des milliards », dans son émission « Les Sept Péchés Capitaux » (true story) ! Et à la Juve, en trois saisons, il jouera… 2 matchs. La suite se passe en Angleterre avec des clubs de deuxième, troisième, ou même sixième division. Pompon sur le gâteau : 4 mois de prison ferme pour quelques problèmes de conduite et une dépression. Et ouais, footballeur, c’est pas forcément très marrant… Pour finir sur une note plus positive, sachez que son palmarès n’est pas vierge : il a été champion de deuxième division anglaise en 2003. Bref, un bel exemple d’espoir parti trop tôt, à la Juve cette fois, qui a certainement inspiré Kingsley Coman.

2. Florent Sinama-Pongolle & Anthony Le Tallec

Florent Sinama-Pongolle et Anthony Le TallecL’école havraise, acte 2. Ces deux-là sont indissociables. Premièrement parce qu’au début des années 2000, Sinama-Pongolle et Le Tallec forment l’attaque du Havre, en deuxième division, à 17 ans seulement. Deuxièmement parce qu’ils se révèlent ensemble en 2001, lors de la Coupe du monde des moins de 17 ans, que la France remporte, avec notamment 9 buts de Sinama-Pongolle. Et enfin troisièmement parce qu’ils ont tous les deux eu la brillante idée d’en profiter pour partir en amoureux à Liverpool. Et là, vous le sentez venir le coup du « partis trop tôt dans un club trop grand » ? C’est gagné ! Ne s’imposant pas chez les Reds, ils enchaînent les prêts ou les transferts douteux chacun de leur côté. Symbole de la déchéance, chacun finira par être prêté, à des époques différentes, à Saint-Étienne, c’est dire… Sinama-Pongolle réussira tout de même dans une équipe, pour laquelle il inscrira 22 buts :… le Recreativo Huelva ! Avec à la clé une sélection chez les Bleus, et ouais. En 2014, il a joué pour les Chicago Fire, après deux saisons au FK Rostov, en Russie. Et il pourrait désormais évoluer eu deuxième division suisse… Quant à Le Tallec, il évolue désormais à Valenciennes, son sixième club français, en Ligue 2… A vous de juger quel est le pire…

1. Mourad Meghni

Mourad MeghniLe futur Zidane. Rien que ça. Mourad Meghni est révélé lors de la… Coupe du monde des moins de 17 ans en 2001 ! Et oui, c’est lui qui fournissait les ballons au tandem Sinama-Pongolle – Le Tallec ! Et en plus, à ce moment-là, il joue déjà à l’étranger ! A 17 ans ! Ça doit forcément être une star en devenir. Personne ne se dit que son fameux club italien, c’est Bologne et que du coup, ça ne veut pas forcément dire grand-chose… Qu’importe que personne ne l’ait jamais vraiment vu jouer : il est français, il a des origines algériennes, il est milieu de terrain, il est technique. C’est donc nécessairement un futur Zidane. A Bologne, il joue un peu, sans faire de bruit. Puis il est prêté à Sochaux et on a hâte de découvrir le phénomène… Mais rien ne viendra. Il retournera à Bologne, puis partira à la Lazio. Ce qui lui permettra d’être international !… Mais en Algérie. Mourad partira finalement au Qatar, enfin un vrai pays de football. Et c’est pas fini ! En effet, il y a quelques semaines, Mourad Meghni a donné un nouvel élan à sa carrière, qui lui permettra peut-être d’accéder au statut de star qu’on lui promettait : il a signé à Champs-sur-Marne, en troisième division de… Futsal. Où il sera entraîné par son frère. Ça ne s’invente pas.


Auraient pu figurer : Sébastien Frey (Parme, Inter Milan), Ronald Zubar (Caen, Marseille), Marvin Martin (Sochaux, Lille), Abou Diaby (Arsenal), Camel Meriem (Marseille, Monaco), Gabriel Obertan (Bordeaux, Manchester United), Fabrice Apruzesse (Marseille) et bien d’autres encore…

Pourraient figurer dans quelques années : Rémi Cabella (Newcastle), Florian Thauvin (Marseille), Yaya Sanogo (Arsenal), Kingsley Coman (Juventus) et bien d’autres encore…

On en a sans doute oublié un bon paquet, alors aidez-nous en dénonçant les espoirs qui n’ont jamais confirmé ! En commentaires, sur la page facebook du Yaourt du Sport ou sur le compte Twitter du Yaourt du Sport !

B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.