Barcelone – PSG (6-1) : les notes du PSG

Une victoire 4-0 à l’aller face au Barça et sa MSN, et rien ne pouvait arriver aux Parisiens… Jamais dans l’histoire de la Ligue des champions une équipe n’avait remonté un handicap de 4 buts. Il suffisait donc gentiment d’attendre l’ouverture pour planter un but et laisser couler jusqu’au coup de sifflet final. Et ce but, le PSG l’a inscrit, grâce à – une fois n’est pas coutume – Cavani. Mais le PSG en a bouffé 6. Ouais, les gars, 6 pions historiques pour se faire sortir dès les huitièmes de finale, ce mercredi 8 mars 2017, qui fera date dans l’histoire de la Ligue des champions, du football et des soirées SM. Qui aurait pu prévoir une élimination si précoce ? On vous laisse un petit indice… Notre oeil expert nous permet de décrypter cette rencontre inoubliable, avec une analyse digne des grandes heures de France 2 Foot. Le Yaourt du Sport vous livre les notes des joueurs du PSG pour ce mémorable Barcelone – PSG !

Barcelone-PSG (6-1) : les notes du PSG

Barcelone-PSG (6-1) : les notes du PSG

Trapp (0) : Paris troué…

Kurzawa (0) : Paris égaré…

Thiago Silva (0) : Paris éploré…

Marquinhos (0) : Paris démonté…

Meunier (0) : Paris débordé…

Rabiot (0) : Paris enrhumé…

Matuidi (0) : Paris dépassé…

Verratti (0) : Paris outragé…

Draxler (0) : Paris brisé…

Lucas (0) : Paris martyrisé…

Cavani (1) : … Mais Paris humilié.

Vous voulez écrire pour le Yaourt du Sport ? Vous aimez le sport ? Vous aimez le yaourt ? Manifestez-vous en commentaire, ou sur le Twitter et le Facebook du Yaourt du Sport !

B.

4 réflexions sur « Barcelone – PSG (6-1) : les notes du PSG »

  1. Un peu facile de clouer au pilori les joueurs du PSG pour une défaite dont on sait qu’elle était inéluctable.
    D’abord, comme tu le rappelle, tu l’avais annoncé dans tes pronostics pour la saison. Les joueurs, par sympathie pour toi, ont-ils voulu éviter que tu passes pour un rigolo ?
    De toute façon, tu n’as rien inventé. Moi aussi je la connaissais la prophétie 168 ter de Nostradamus « et 15 jours plus tard, le vent soufflera si fort en sens contraire, qu’il mettra à terre leur bel édifice… »
    A cela s’est ajouté un concours de circonstances qui fait que cette prédiction ne pouvait que se réaliser.
    Il y a eu tout d’abord ce malentendu entre les joueurs et l’entraineur qui leur a dit : « on a 4 buts d’avance, il faudrait, par exemple, un 5-0 ou un 7-2 pour qu’on soit éliminé. » malheureusement, il n’a pas cité le bon exemple, donc les joueurs ont pensé qu’à 6-1 ils étant toujours qualifiés…
    Ajoutons à ça, qu’avec leur victoire à l’aller et celle contre l’OM les joueurs avaient tellement rigolé qu’ils avaient encore mal aux côtes et en plus ils avaient décidé d’arroser la veille du match retour leur future qualification pour les quarts. Alors forcément ils n’étaient pas au top de leur forme.
    On raconte aussi que les dirigeants de l’OM pour se venger de l’affront subi quelques jours plus tôt auraient payés des buteurs à gages. Mais ça ne va pas être facile à prouver …
    Je n’ai pas vu le match mais si on le décortique à la loupe on va bien trouver quelques hors-jeux sur les buts barcelonais et des penalties oubliés en faveur des titis parisiens, qui auraient justifié qu’ils se qualifient.
    Enfin on peut se consoler en se disant que comme de toute façon, Paris allait se faire sortir au tour suivant, ils ont sans doute choisi le meilleur moyen pour passer à la postérité, car un exploit comme celui-là, on n’est sans doute pas à la veille d‘en revoir un ….

    • Effectivement, on voit fleurir un peu partout des explications à cette défaite, mettant notamment en cause l’arbitrage… En revanche, personne encore n’a soupçonné le Yaourt du Sport d’être à l’origine de ce retournement de situation… Ouf !
      Mais comme tu l’indiques, l’essentiel est de rentrer dans l’histoire, quelle que soit la voie d’entrée… ;)

  2. pour en terminer avec cette élimination, je voudrais quand même remercier les deux équipes d’avoir fait preuve d’autant d’efficacité, 11 buts en 2 matchs à ce stade de la compétition ça ne doit pas courir les stades à ce niveau de la compétition …
    et pour ramener cette élimination à son juste niveau, je ferai remarquer que sur l’ensemble des deux matchs, il n’y a qu’un but d’écart. s’il y avait eu 1-0 à l’aller et 2-0 au retour, le résultat serait le même et on en aurait pas fait tout un patacaisse…

    • C’est sûr que ce n’est pas courant mais cette année, le cru est assez exceptionnel. 12 buts en 2 matchs entre Arsenal et le Bayern au même stade, et peut-être plus encore à venir entre Monaco et Manchester City…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.