La Ligue Europa pour les nul(le)s

La Ligue Europa pour les nulsNous vous avons déjà initiés à la plus grande compétition de foot européen avec La Ligue des champions pour les nul(le)s. Mais vous, les rencontres de folie avec le Barça, le Real, Lyon, etc., c’est pas votre truc. Vous, vous préférez voir des duels entre Dnipropetrovsk et l’AEK Athènes par -25°C, des matchs bouillants entre le vice-champion albanais et le 6e allemand… Rassurez-vous, il existe la Ligue des champions du pauvre : la Ligue Europa. Comment ça marche ? Quelles sont les règles ? Pourquoi les clubs français se gaufrent encore ? Le Yaourt du Sport vous dévoile… La Ligue Europa pour les nul(le)s !

Publié le 22/02/2017
EDIT : Mise à jour pour la saison 2017-2018 le 14/09/2017

Après La Ligue des champions pour les nul(le)s et cet article, vous êtes en mesure de suivre toute l’actualité du foot européen. Et si ça ne vous suffit pas, vous pouvez marcher sur le sentier de la connaissance universelle en vous procurant le livre Le Football pour les Nuls.

Les règles : La Ligue Europa, c’est quoi ? Comment ça marche ?

Si vous ne deviez retenir qu’une chose : la Ligue Europa, c’est comme la Ligue des champions, mais en moins bien. Les clubs, les primes, les commentateurs… Tout est moins bien. D’ailleurs, la Ligue des champions étant couramment appelée la C1, c’est fort logiquement qu’on appelle la Ligue Europa… la C3. Ouais. En fait, à l’époque, la Ligue Europa s’appelait la Coupe de l’UEFA, et il existait une autre compétition (jusqu’à la fin des années 90) : la Coupe des Coupes, aka la C2. Mais pas de C4. Bref.

Après quelques tours préliminaires permettant d’éliminer les meilleurs clubs du Luxembourg et de Macédoine, la Ligue Europa (ou Europa League) débute véritablement au moment de la phase de poules. Mais pas seulement 8 comme en Ligue des champions, ni 9, ni 10, mais bien 12 poules, pour vous Madame ! Avec 4 équipes chacune, qui se rencontrent à 2 reprises les unes les autres, une fois à domicile, une fois à l’extérieur. Avec comme d’habitude pour chaque match : 3 points la victoire, 1 point le match nul et un bon gros 0 point la défaite.

A l’issue de ces réjouissances, les deux premiers de chaque poule sont qualifiés, soit 24 équipes. On aboutit donc en 12es de finale… Pas pratique, hein (surtout après, pour les 3es de finale) ? Comment faire le compte jusqu’à 32 et pouvoir jouer des seizièmes de finales ? Si vous avez bien retenu votre leçon sur la Ligue des champions, vous le savez : chaque 3e des 8 poules de la Ligue des champions est repêché en Ligue Europa pour les 16es de finale (ce qui est souvent le cas des rares clubs français en C1, exemple : Lyon). Je vous passe les détails sur les règles du tirage au sort des 16es de finale (si ça vous amuse, il y a le règlement complet de l’UEFA), mais sachez que les premiers sont têtes de série et ne peuvent pas s’affronter. Vous allez me dire : le 3e d’une poule de Ligue Europa, lui, il est repêché en quoi ? Et bien, il est reversé en 16es de finale… mais de la Ligue des champions féminine. Mais en jouant sans gardien, pour être plus équitable. (ceci n’est pas une vraie information)
Lire la suite

Lyon – Juventus : les notes de l’OL

L’Olympique Lyonnais faisait face à une montagne piémontaise en ce jeudi 3 avril : l’OL recevait la Juventus Turin pour le compte des quarts de finale de la Ligue Europa. Malheureusement, les Lyonnais s’inclinent à Gerland 1-0, sur un but inscrit par Bonucci en fin de match. Il fallait un miracle, il n’a pas eu lieu… Le Yaourt du Sport vous livre les notes des joueurs de l’OL pour ce Lyon – Juventus !

Lyon - Juventus : Les notes de l'OL

Lyon – Juventus : Les notes de l’OL

Lopes (7) : Il a pourtant tenu la baraque pendant un long moment. Sûr dans ses sorties, notamment dans les pieds de Tevez (29e) et Isla (67e), et explosif sur ses horizontales (59e, 65e). Malheureusement, le jeune gardien rhodanien n’est pas encore capable de bloquer les grosses chiches sous la barre à bout portant (85e), et c’est dommageable.

Bedimo (5) : Il s’est bien préparé au marathon de Paris ce week-end avec une quarantaine de kilomètres parcourus. Mais ça manquait de tranchant, même si les solutions n’étaient pas légion. Un peu plus tendre qu’à l’accoutumée, mais bon, un Bedimo doux de temps en temps, ça ne fait pas de mal.

Umtiti (5) : J’ai cru voir Umgrominet. La défense lyonnaise a été valeureuse ce soir, à l’instar de son taulier Samuel, plutôt solide sur les quelques attaques turinoises. Un beau coup franc tout de même, bien sorti par Buffon (52e). Lire la suite

Les Espagnols reçus 5 sur 6 !

« En Espagne, il n’y a que le Real et le Barca ». L’éternel adage de ces 10 dernières années perd chaque année un peu plus de son sens. Alors certes, ces deux équipes sont de tels monstres que le suspense en Liga est relativement limité. Mais cela ne veut pas dire que les équipes derrière sont des chèvres. Pour preuve, sur les six clubs engagés dans les deux coupes européennes, cinq ont atteint les demi-finales ! Seul Villareal n’a pas réussi à sortir de son « petit » groupe de Ligue des champions (Bayern, Naples, Manchester)… Quoi qu’il en soit, les Espagnols sont omniprésents et la probabilité de voir deux finales 100% espagnoles est tout sauf nulle.

En LdC

On en parle depuis longtemps, on s’en approche de plus en plus, la finale Barcelone-Real est toujours à l’ordre du jour. Les deux patrons de la Liga doivent auparavant éliminer respectivement Chelsea et le Bayern. Ce qui n’est pas si évident me direz-vous, car les Blues n’ont plus que ça à jouer et le Bayern aura à cœur de jouer la finale chez lui à Munich. Mais je ne les vois pas battre les deux titans de cette saison. Pour moi la coupe aux grandes oreilles se jouera entre les Merengues et les Blaugranas, avec le Real qui ne vit que pour vaincre le Barca et le Barca qui ne joue plus que ça… Ca promet ! Reste à souhaiter que dans cette hypothèse, le mauvais esprit ne gâche pas le match le plus attendu de l’année. Je me lance pour un pronostic final : Barcelone.

En Ligue Europa

Cela fait deux années de suite que les demi-finales de Ligue Europa sont exclusivement composées de clubs de la péninsule ibérique. Sauf que l’an dernier, il y avait trois équipes portugaises et une espagnole, et cette année c’est l’inverse. C’est bien simple, depuis sa création cette compétition n’a vu que des équipes portugaises et espagnoles s’imposer. Cette année au menu des demi: tout d’abord l’Athletic Bilbao contre le Sporting Portugal. C’est la rencontre entre les deux tombeurs des deux Manchester, United et City, deux équipes qu’on a d’ailleurs vu trop vite en finale de C3 au passage… Je vois tout de même Bilbao gagner, car leur niveau de jeu est époustouflant en cette fin de saison. Et l’autre match opposera Valence à l’Atletico Madrid. Les Madrilènes, vainqueurs il y a deux ans, sont moins efficaces depuis le départ de leur paire Forlan/Agüero, et même si Falcao fait une bonne saison (3è meilleur buteur), je ne les vois pas vaincre Valence, bien accroché à sa troisième place en Liga. Je pronostique donc une finale Valence-Bilbao. Mon prono : Bilbao.

Les stats parlent d’elles-mêmes, le football espagnol étouffe l’Europe en ce moment, et prend le relais après la domination anglaise de la décennie précédente. Peut-être que la France prendra le prochain tour. Imaginez l’année prochaine, ça nous donnerait Montpellier et le PSG en demi-finales de C1, et Rennes, Toulouse et Sainté en demi de C3. Vive la Ligue 1 !

S.