Pourquoi la Nouvelle-Zélande est-elle la référence mondiale du rugby ?

Les All Blacks font le haka

Le haka des All Blacks

Ce soir, le XV de France rencontre la Nouvelle-Zélande dans un match qui n’est jamais vraiment amical. Pas à cause d’une rivalité ancestrale, mais parce que les « All Blacks » forment l’équipe la plus redoutable. La question que nous avons posée à notre ami un peu ovale Pierre Ammiche, c’est « comment une si petite île, cachée dans l’ombre de l’Australie, a pu devenir la référence mondiale de ce sport ? » Voici sa réponse.

1) Le rugby dans le sang

Ancienne colonie britannique, terre colonisée par les Écossais et les Gallois au XIXe siècle, toujours membre du Commonwealth, la Nouvelle-Zélande a le rugby qui coule dans ses veines. C’est simple : pas une ville, un village, un hameau sans son terrain de rugby. Pas un collège, une école, une classe sans sa section scolaire ovale. Pas un enfant qui n’ait pas sa balle de rugby avant ses 5 ans. Le nombre de licenciés est hallucinant (200 000, pour un caillou de 4,3 millions d’habitants). Bref, jouer au rugby au pays du long nuage blanc, c’est évidemment une part de culture, mais plus encore, une religion. Et pas question de louper la messe.

2) Un code génétique hors normes

En Nouvelle-Zélande, il y a 15% de Maoris, les habitants historiques. Dans l’équipe nationale de rugby, le taux grimpe à 30% environ. Le pragmatisme et le réalisme britanniques gravés dans la tête, la folie créative des voyageurs du bout du monde dans les tripes, la puissance et l’explosivité des Micronésiens dans les gènes, le cocktail parfait pour la pratique du rugby. Les Maoris font environ 1,85m et 100kg de moyenne. A 13 ans. Les gabarits exceptionnels côtoient les magiciens. Les chefs d’orchestres magistraux se mettent aux service de solistes de génie. Si tout est bon dans le jambon, tout est inouï chez les kiwis. Lire la suite