Les 23 Bleus de 2012… en 2010 !

Machine à voyager dans le temps de Trunks DBZ

La machine à voyager dans le temps de Trunks

Une fois encore, la rédac’ du Yaourt du Sport a ressorti sa machine à voyager dans le temps. Pas pour aller dans le futur cette fois (rappelez-vous la liste des 23 sélectionnés en 2014 en exclu), mais pour retourner un peu plus de deux ans en arrière, lors de la saison 2009-2010. Ça nous a d’abord permis de retrouver un pack de lait qu’on avait égaré, et puis de nous rappeler où en étaient nos actuels Bleus à cette époque.

Les gardiens

Hugo Lloris : Titulaire à Lyon. TI-TU-LAIRE.

Steve Mandanda : Futur champion de France et vainqueur de la Coupe de la ligue avec l’OM. Il fait partie de ceux dont la situation n’a pas tellement changé par rapport à cette année (exceptée la partie « futur champion de France et vainqueur de la Coupe de la ligue »).

Mickaël Landreau : Fraîchement transféré du PSG à Lille pour 1,6M€, il prouvera plus tard qu’à Paris il n’avait simplement pas envie.

Les défenseurs

Mathieu Debuchy : Sort tout juste de chez le tatoueur « Mike’s Tattoo » à Lille, tout heureux d’avoir enfin franchi le cap avec sa petite étoile sur l’épaule gauche. Lire la suite

La non-sélection de Gourcuff : miroir aux alouettes ?

Si l’on en croit les journalistes, lors de la Coupe du monde 2010 s’opposaient deux clans. Le clan des Ribéry, Evra, Gallas, Anelka… contre le clan des Gourcuff, Toulalan, Lloris, Réveillère… Le nœud du problème se situant apparemment sur le cas Gourcuff, personnalité atypique nous disait-on.

Si on regarde la liste des sélectionnés pour l’Euro 2012, Laurent Blanc semble avoir choisi son camp. Comme Gourcuff ne s’entend pas avec le clan adverse, ni vraiment avec la génération 87 (qui constitue désormais le noyau de l’équipe !), il fallait le virer (et oui, il s’agissait de bazarder 2 joueurs, pas 6 ou 7). Si on ajoute à ça le fait que dernièrement, avec les Bleus, l’ancien Bordelais était au mieux moyen… Qu’il était également au mieux moyen avec son club, et au pire blessé… Sa non-sélection semble logique.

Finalement, la vraie question, c’est : que diable allait-il faire dans cette liste de 26 ? A quoi ça servait ? Est-ce que Blanc voulait y croire jusqu’au bout, lui donner une toute dernière chance de convaincre ? En fin de compte, ça aura surtout servi à cristalliser les critiques sur son joueur… Mais en fait, et si c’était ça l’idée ?! Est-ce que tout cette histoire autour de Gourcuff ne servirait pas d’arbre pour cacher la forêt ? Est-ce que Blanc n’a pas délibérément créé une polémique sur un seul joueur pour qu’on ne parle pas du reste ?

Par exemple, pour qu’on ne parle de joueurs sélectionnés comme Alou Diarra, clairement à côté de ses pompes depuis un moment, ou Yann Mvila, à court de forme ? Pour qu’on ne dise pas (trop) qu’à leur place, Mavuba ou Capoue auraient certainement été meilleurs ? Pour qu’on n’évoque pas les sélections d’Evra et Ribéry, alors que « le Président » avait déclaré, au début de son mandat qu’il ne voulait que des joueurs à l’état d’esprit irréprochable ?…

Selon vous, « l’affaire Gourcuff » n’est-elle finalement qu’un miroir aux alouettes ?

B.

La liste des 23 Bleus pour la Coupe du monde 2014

Alors que la liste définitive des 23 Bleus pour l’Euro 2012 va tomber d’ici quelques jours, le Yaourt du Sport a sorti sa boule de lactose et sa machine à voyager dans le temps, pour vous donner en exclusivité, grâce à nos futurs confrères, la liste des 23 appelés pour la Coupe du monde 2014

Gardiens :

  • Costil (Rennes) : Après une saison stratosphérique, qui a vu Rennes n’encaisser que 9 buts au total, il a détrôné Hugo Lloris et aborde sa première compétition internationale plein de confiance.
  • Lloris (Lyon) : Bien qu’ayant porté l’équipe de France durant les éliminatoires, il fait les frais de l’éclosion spectaculaire de Benoît Costil. C’est une des surprises de cette liste.
  • Mandanda (Liverpool) : Sa première saison avec Liverpool a été couronnée de succès. Même son énorme boulette en finale de la Cup n’a pas entamé la confiance du sélectionneur.

Défenseurs :

  • Varane (Real Madrid) : Son duo avec Ramos a été redoutable tout au long de l’année. L’ancien Lensois confirme les espoirs placés en lui.
  • Corchia (Malaga) : Pas toujours titulaire au sein du nouvel effectif galactique de Malaga, il profite néanmoins de l’excellent parcours du club andalou en Ligue des champions.
  • Sakho (Tout Puissant Mazembe) : Il avait disparu de la circulation après sa non-sélection en 2012. Parti se refaire une santé chez le premier club congolais, il revient dans les valises du nouveau sélectionneur, Eric Besson.
  • Yanga-Mbiwa (Queens Park Rangers) : Roule Mapou !
  • Debuchy (Manchester United) : Parfaitement in-trai-table avec les Red Devils, c’est un des piliers des Bleus, en particulier depuis la reconversion de Sagna en coiffeur.
  • Mathieu (Valence) : Roux Mapoule !
  • Clichy (Paris SG) : Bien en place (de Clichy) cette année, il mérite (de Clichyte) sa place en sélection et revient par la grande porte (de Versailles).

Milieux :

  • Ribéry (Bayern Munich) : Malgré ses nouveaux déboires avec la justice et son impopularité, il semble bien s’entendre avec le nouveau sélectionneur.
  • Nasri (Malaga) : Il a marqué les esprits avec son doublé en demi-finale de la Ligue des champions contre son ancien club de Manchester City.
  • Rothen (Bastia) : Meilleur passeur de Ligue 1 avec 28 caviars, il a été le principal artisan de la place sur le podium accrochée par le club corse. A 36 ans, c’est le doyen de l’équipe.
  • Mvila (Manchester City) : Monstrueux physiquement, il a rapidement fait oublier Yaya Touré chez les Citizens. Dommage qu’il ait été blessé pour les demi-finales de la Ligue des champions (UPDATE : peut-être qu’en fait il ne sera pas là, mais chuuuuuut).
  • Diaby (Juventus) : Enfin épargné par les blessures, il a soulevé la coupe aux grandes oreilles et a remporté le Calcio. Une saison pleine pour un mec plein.
  • Nenê (FC Groningue) : Fer de lance des nouveaux milliardaires de Groningue, il a porté son équipe en finale de la Ligue Europa. De plus, ses premières sélections lors des matchs de préparation ont confirmé la plus-value apportée par le Brésilien de naissance.
  • Mavuba (Marseille) : Il a surnagé dans la saison difficile de son club et reste un élément important du vestiaire d’Eric Besson. Il en a même fait son capitaine depuis plusieurs matchs.
  • Capoue (Barcelone) : Le nouvel homme fort du milieu de terrain catalan est désormais incontournable chez les Bleus. Les supporters blaugrana ont exulté lorsque le sélectionneur a dit CAPOUE.

Attaquants :

  • Benzema (Santos) : En voilà un qui a bien fait de suivre son mentor Mourinho au Brésil. Mais il faudra qu’il bataille pour reprendre sa place de titulaire à Nolan Roux.
  • Kakuta (Manchester City) : Il a prouvé sa valeur lors des éliminatoires de la Coupe du monde et a su se montrer décisif lors de la rencontre cruciale contre la Suisse.
  • Rémy (Lyon) : Son retour dans son club formateur aura été mitigé, mais il n’a jamais déçu avec le maillot bleu.
  • Roux (Barcelone) : Mapoule ! Après avoir remporté la Ligue Europa et fini pichichi en Liga avec 55 buts, l’explosion de Nolan Roux a crevé l’écran cette année. Une bonne Coupe du monde lui assurerait définitivement le Ballon d’or.
  • Ben Arfa (Paris SG) : Dommage qu’un but contre son camp invraisemblable vienne ternir une saison correcte avec le club parisien.

Sélectionneur : Eric Besson

La rédac’ Yaourt du Sport