France – Irlande (2-0) : les notes des Bleus

Ce que je préfère dans la Coupe du monde, c’est les matchs à enjeu, les rencontres au couteau, où tous les joueurs donnent le maximum. C’est pourquoi je me suis régalé avec ce match amical, de préparation pour la Coupe du monde 2018, de l’équipe de France contre l’Irlande, ce lundi 28 mai 2018, au Stade de France. Et en plus, il flottait à torrents, ce qui est parfait pour des glissades et des contrôles ratés. Dans ces conditions idéales, la France s’est imposée 2-0, dans une rencontre riche en enseignements. Le premier d’entre eux étant que pour marquer, il faut tirer, mais il faut s’appliquer. Le Yaourt du Sport vous donne les notes des Bleus pour ce France – Irlande (2-0) !

France - Irlande (2-0) : Les notes des Bleus

France – Irlande (2-0) : Les notes des Bleus

Les notes de France – Irlande

Mandanda (6) : Ce soir, il a tenté une relance dans l’axe (33e). Et bien, accrochez-vous : le joueur qui l’a reçue, Giroud, a contrôlé le ballon et l’a transmis à un coéquipier ! Le foot, c’est quand même différent quand on joue pas avec Zambo Anguissa.

Mendy (6) : Pour disputer la Coupe du monde, ce qui est important, c’est d’être dans le rythme et d’avoir accumulé les matchs cette année. Par exemple, Mendy n’a joué que 7 matchs en Premier League. Il ne sera donc pas sélectionné avec l’équipe de France. Mais c’est sympa de l’avoir fait jouer ce soir. En plus, il fait des blagues, c’est rigolo. Remplacé par Lucas Hernandez (64e), mais si, vous savez, le mec de l’Atlético.

Umtiti (5,5) : Ce soir, vu l’opposition fournie par l’Irlande, on aurait pu mettre Ballo-Touré. Et il aurait peut-être eu la moyenne pour sa note. C’est dire. Remplacé par Kimpembe (64e), coiffé d’un élégant plat de Banzaï Noodle. Lire la suite

France – Irlande (2-1) : les notes des Bleus

Enfin le début des choses sérieuses, et du spectacle, se disait-on avec le début des huitièmes de finale de cet Euro 2016, pour l’heure peu enthousiasmant. Et non, calmez-vous Kara, le foot, c’est pas encore pour aujourd’hui, ce dimanche 26 juin 2016, avec l’affrontement entre l’équipe de France et les boys in green de l’Irlande au Parc OL de Lyon. Car si les supporters irlandais ont mis l’ambiance en tribunes, ce sont les Bleus qui se sont qualifiés pour les quarts de finale d’un Euro tellement soporifique qu’on en regrette presque la Grèce de 2004. Qu’à cela ne tienne, cette victoire 2-1 nous suffit avant un premier vrai test… Le Yaourt du Sport vous livre les notes des Bleus pour ce France – Irlande (2-1) !

France - Irlande (2-1) : les notes des Bleus

France – Irlande (2-1) : les notes des Bleus

Lloris (6,5) : Stand up for Hugo Lloris… Les supporters irlandais vont nous manquer. Pas leurs joueurs.

Evra (4,5) : On pourrait pas organiser un référendum pour un Evrexit ? Je suis sûr que ce serait moins serré qu’au Royaume-Uni.

Koscielny (7) : On n’a pas vu Robbie Keane du match et c’est sans doute un peu grâce à lui. Discrètement, il cumule les bonnes notes dans cet Euro. Ça sera marrant de le voir contre une vraie attaque. Lire la suite

Flagrante incompétence !

J’ai imaginé ce que pourraient écrire les éditorialistes irlandais au lendemain de cette annulation.

« Décidément, c’est à croire que les Français ne veulent plus se mesurer à nos équipes. Hier, le match opposant l’Irlande à la France pour le compte du Tournoi des VI Nations a été annulé à la dernière minute. A cause du froid. Evidemment les raisons ne peuvent pas être remises en cause, la pelouse étant gelée le match ne pouvait pas être joué. Mais l’organisation  a été pitoyable. Comment peut-on croire que la pelouse va dégeler dans la journée ? Cela faisait plusieurs jours que le terrain du Stade de France était impraticable, il fallait au minimum prendre ses responsabilités. Si les Français considèrent superflu de chauffer une pelouse quand les températures sont négatives, ils auraient dû prévenir.

Comment un « grand pays du rugby » peut-il oublier de prévoir des mesures contre le gel ? Les autres matches ont été disputés. A croire que seule la France subit la vague de froid. Pourtant, Pays de Galles – Ecosse s’est joué sous -16 degrés, et Italie-Angleterre sous la neige. Comme quoi c’était possible. Les autorités françaises étaient pourtant prévenues, plusieurs matches de football ont été annulés dans leur championnat. Sans doute n’ont ils pas pensé aux supporters ayant parcouru les 1300 kilomètres entre l’Irlande et Paris. Aux passionnés qui ont fait le voyage pour assister à un match de rugby, et qui ont simplement assisté à une démonstration d’incompétence. Ils ont payé leur ticket, leur avion, leur hébergement, et n’ont reçu que du je m’en foutisme en retour. Tant d’irrespect de la part d’un pays qui se targue de sa finale de Coupe du Monde, c’est révoltant.

A côté de ça, dommage qu’un match de rugby soit désormais tributaire des fonds qu’il soulève. A l’heure où seul le sport et sa magie nous éloignent de la crise économique, il est triste de voir que le nerf de la guerre reste encore et toujours l’argent. Si on ne peut nier que c’est la retransmission de la rencontre qui apporte le rêve chez les gens, au final les enjeux économiques prennent le pas sur la compétition. La confrontation aurait pu être avancée à 15 heures, car le soleil a illuminé tout l’après-midi. Le comité organisateur a refusé. A vouloir maintenir le match à 21 heures, tout le monde a perdu : les chaînes, les spectateurs, et le rugby…

Depuis le scandale de la main de Thierry Henry, le peuple irlandais a soif de  revanche. Les Français nous ont volé une belle occasion hier soir, mais je suis sûr que nos Verts verront la haine de leurs supporters comme une source de motivation supplémentaire. Quand l’organisation du tournoi aura trouvé une date, mais c’est une autre histoire… »

S.