Euro 2016 : bilan et équipe type

L’Euro 2016, c’est terminé ! Il est désormais temps de faire le bilan d’une compétition qu’il va falloir rapidement effacer de nos mémoires. Pour commencer, le Yaourt du Sport vous livre son équipe type de l’Euro 2016. Une formation audacieuse et spectaculaire, à l’image de l’ensemble de la compétition, en 9-0-1, qui fait la part belle aux défenseurs et qui fera sans doute plaisir aux supporters de formations offensives et joueuses, telles que le Portugal, l’Italie ou l’Islande. Et ensuite, le bilan des Bleus dans cet Euro 2016 sera assuré par notre nouvelle rédactrice occasionnelle, Karine, que vous avez déjà pu découvrir pour le bilan de l’Euro après le premier tour. Qu’a-t-elle pensé du tournoi et du parcours de l’équipe de France ? Rendez-vous quelques lignes plus bas pour le découvrir… Vous êtes en vacances et en avez marre de cette bonne humeur qui vous envahit ? Alors lisez son bilan, qui saura vous rappeler tous les mauvais souvenirs dont vous avez besoin pour retrouver un état dépressif qui vous sied beaucoup mieux…

L’équipe type de l’Euro 2016 en 9-0-1

L'équipe type de l'Euro 2016

L’équipe type de l’Euro 2016

Le meilleur gardien de l’Euro 2016

Rui Patricio (Portugal) : Un gardien portugais typique. Une chèvre les trois quarts du temps et le mec sort le match de sa vie quand il faut, pour faire croire qu’il est un bon joueur. Et ça marche. La méthode « Vitor Baia ».

Les meilleurs défenseurs de l’Euro 2016

Guerreiro (Portugal) : Quand on pense qu’il a encore passé toute cette saison à Lorient… C’est un peu comme si Vincent Le Goff était dans le onze type de l’Euro 2016.

Chiellini (Italie) : Le C de la BBBC (Buffon Bonucci Barzagli Chiellini). Les stars italiennes sont les défenseurs et le gardien… Quand on pense qu’avant, c’étaient… Zoff, Baresi, Maldini, Nesta… Ouais, bon, laissez tomber. Lire la suite

Euro 2016 : Bilan du premier tour

Aujourd’hui, le Yaourt du Sport joue les hôtes de luxe (un peu comme Marseille) et donne la parole à une lectrice qui a souhaité partager avec nous son bilan du premier tour de l’Euro 2016. Karine nous a écrit sur Twitter et après plusieurs échanges sur la meilleure manière de se débarrasser d’Evra, elle a souhaité prendre la plume sur le blog (ouais, notre blog fonctionne sur une vieille techno) pour livrer ses impressions sur cette phase de groupes. Vous vous êtes éclatés pendant ses premiers jours de compétition ? Et bien, pas notre auteure du jour, qui a plutôt envie de dézinguer tous les travers de cet Euro franchement soporifique…

Euro 2016 : merci pour le spectacle

Euro 2016 : résultats du 1er tour

A l’aube de ces huitièmes de finale, il était de bon ton de faire un « bilan » de cet Euro nouvelle formule 2.0.

Comme dirait Michel Sardou : « qu’est-ce qu’on s’emmerde ». Enfin, qu’est-ce que je me suis emmerdée… 69 buts en 36 matchs, 11 matchs nuls, une moyenne de 1,91 buts/match… On a quand même connu mieux… Ne serait-ce qu’il y a 4 ans avec une moyenne de 2,5 buts/match à ce stade de la compétition et 5 matchs nuls seulement (bien sûr, tout est à rapporter au nombre d’équipes mais très rares étaient les 1-0).

Mais pas question de faire un papier sur l’UEFA et sa pathétique gestion aléatoire de cet Euro, on rentre dans le vif du sujet avec peu de surprises finalement…

Bilan du 1er tour de l’Euro 2016 groupe par groupe

Les « favoris » se sont qualifiés, sans la manière, on ne va pas se mentir. Je pense en particulier au Portugal qui finit 3e de son groupe, et pour qui, comme le dit l’adage, « l’important, c’est les 3 points ».

Du coup, ça passe pour la France et la Suisse dans le groupe A. Particularité de ce groupe : la France va rentrer dans le Guinness des records des matchs les plus longs du monde. Car depuis France-Roumanie, il n’y a pas eu un jour où les Bleus n’ont pas fait la Une de notre quotidien favori : entre « l’inquiétude Griezmann », « le casse-tête de Deschamps », « la tentation de Deschamps », « l’Irlande veut sa revanche », etc. Aujourd’hui, on ne peut pas vraiment dire qu’on ait eu une sensation de manque…

Dans le groupe C, l’Allemagne s’est qualifiée « haut la main », comme à la Grande Époque, et risque peut-être de nouveau d’envahir Paris. Pour se faire, il faudra qu’elle « annexe » l’Italie ou l’Espagne. Affaire à suivre… Lire la suite

Coupe du monde 2014 : bilan des Bleus

Ça y est, les Bleus ont atterri en France, au Bourget, après leur élimination de la Coupe du monde 2014, par l’Allemagne en quarts de finale. Deux jours après la déception, c’est le moment de faire le point sur ce qui a marché et ce qui a moins bien marché. Le Yaourt du Sport vous livre son bilan des Bleus à la Coupe du monde 2014. Le tout en infographie (merci à tous les stagiaires qui ont passé leur week-end dessus) à partir des notes des joueurs de l’équipe de France lors de leurs 5 matchs dans ce Mondial.

Avant de passer au bilan par joueur, une question légitime se pose : les Bleus de Didier Deschamps ont-ils fait mieux que les Bleus de Laurent Blanc ? A première vue, le parcours est relativement le même, avec une élimination en quarts de finale (contre l’Espagne en 2012, contre l’Allemagne en 2014). On s’aperçoit toutefois que quand la France avait réussi un seul match en 2012 (contre l’Ukraine), elle en a réussi 3 cette année : contre le Honduras, la Suisse et le Nigeria. Ajoutez à cela un football plus offensif avec beaucoup de buts marqués et un comportement en dehors du terrain presque sans tache, et on obtient une équipe de France plus populaire. C’est autant dû au terrain qu’à la communication, mais peu importent les raisons, les Bleus ont réussi à séduire de nouveau la France et à réunir les supporters derrière eux. A deux ans d’un Euro en France, ça tombe plutôt bien !

Bilan par joueur

Coupe du monde 2014 : bilan de l'équipe de France

Coupe du monde 2014 : bilan de l’équipe de France

Notons tout d’abord que les 11 retenus sont ceux qui ont été titularisés au moins 3 fois sur les 5 matchs joués. Lire la suite

Coupe du monde 2014 : Le point après les premiers matchs

Ça y est, les 32 équipes sont entrées en lice ! En pleine boulimie de football, et en profitant des pauses 19h-20h et 23h-minuit, je vous propose, en quelques mots, ce que j’ai pensé de chaque nation. Tout en écrivant, je me demande bien en quoi mes éclairages pourraient avoir un quelconque intérêt. Puis je me suis rappelé que c’était tout l’enjeu d’un blog. Allons-y alors, et discutons-en ensuite, soit des matchs, soit de la moustache de Luiz Gustavo !Luis Gustavo

GROUPE A :

Brésil – Croatie (2-1)

Mexique – Cameroun (1-0)

Brésil – Mexique (0-0)

Brésil : Les Brésiliens ont eu le culot de remettre en cause l’objet de cet article en jouant deux fois avant la fin des premiers matchs. Sincèrement, il va falloir que la Seleçao se sorte les doigts pour dominer la compétition. Ils font partie des grands favoris, mais pour l’instant leur jeu collectif ne leur permettra pas d’aller bien loin. Et je ne sais pas quel club va hériter de la défense centrale « auriverde » à la rentrée, mais elle n’est pas très sereine…

La probabilité de qualification : Dans la douleur, mais ça devrait rouler.

Le « on vous l’avait dit » : Julio Cesar effectuera un bel arrêt. Puisque je vous le dis.

Lire la suite

Tour de France 2013 : bilan final

Bilan du Tour de France 2013Dimanche 21 juillet, le centième Tour de France s’est achevé avec une dernière étape Versailles – Paris, que nous avons eu la chance de vivre depuis l’intérieur de la Caravane. Une centième Grande Boucle qui n’aura pas été des plus palpitantes tant la domination du Maillot Jaune aura été écrasante, comme nous l’avions subodoré avant le départ. Pas de suspense pour le maillot jaune, peu pour le maillot vert, le maillot blanc… Voilà les premiers enseignements de la course. Et pour tout le reste et l’analyse en détails, il y a… le bilan final du Tour de France 2013 par le Yaourt du Sport. L’occasion de revenir sur nos pronos de mi-parcours, qui ont encore prouvé notre capacité à prédire l’avenir.

Maillot jaune : La naissance des #FroomeFacts

– Vous ne pouvez pas dire qu’on ne vous avait pas prévenu : Christophe Froome a remporté, sans aucun problème, le Tour de France 2013. Bon, vous allez me dire, presque personne ne doutait de la victoire du Britannique cette année… Et il a plutôt bien assumé son statut de favori puisqu’il met plus de 5 minutes dans la vue de tous ses rivaux (je ne compte pas les secondes qu’il a délibérément perdues sur les Champs pour arriver main dans la main avec ses petits copains) ! Froome a remporté trois victoires d’étape : deux en haute montagne, une en contre-la-montre. Il n’a jamais été inquiété et a écrasé la concurrence. C’est bien ce qui est désolant… Il y a trois ans, il n’était qu’un bon rouleur… Je ne sais pas quelles sont les méthodes de la Sky, mais apparemment, ce sont les bonnes. Et attention, Froome a dit qu’il avait coché les championnats du monde comme objectif… Quoi qu’il en soit, il vaut mieux en rire ! C’est ainsi que Twitter a donné naissance aux #FroomeFacts, dont voici un bel exemple : « Pour l’étape de l’Alpe d’Huez, Froome devrait remplacer l’ardoisier et annoncer lui même les temps intermédiaires. » Lire la suite