Luxembourg – France (1-3) : les notes des Bleus

C’est avec un réel plaisir que nous retrouvions l’équipe de France, en ce samedi 25 mars 2017, pour un nouveau match de qualifications pour la Coupe du monde 2018… au Luxembourg. Comme convenu, mais tout en sobriété, les Bleus se sont imposés face au Grand Duché sur le score de 3-1. Mais en France, en ce moment, tout le monde s’en tape. On ne parle que d’une élection qui va se dérouler dans un mois… A ce propos, aviez-vous remarqué qu’il y avait exactement 11 candidats à l’élection présidentielle ? Non, je dis ça comme ça… Le Yaourt du Sport vous livre les notes des Bleus pour ce Luxembourg – France (1-3) !

Luxembourg - France (1-3) : Les notes des Bleus

Luxembourg – France (1-3) : Les notes des Bleus

Lloris (5) : Le Jean Lassalle des Bleus. Généralement plutôt discret, il sait néanmoins se faire entendre quand il le faut. Ceci dit, il n’aurait pas été là, ça aurait été pareil…

Mendy (7) : Le Nathalie Arthaud des Bleus. L’extrême gauche de l’équipe. Travailleur, il n’a pas ménagé ses efforts. Sans toutefois réussir à forcer la décision… sauf à la fin. A force d’insister, ça a fini par donner quelque chose (77e) !

Umtiti (4,5) : Le Philippe Poutou des Bleus. Un nom un peu mignon, mais quand même, t’aimerais pas te retrouver au duel avec lui. Lire la suite

Top 5 des raisons de penser que la Normandie est LA terre du football

Le Yaourt du Sport accueille un nouvel auteur aujourd’hui. En effet, Chameau des prés, lecteur assidu au pseudo déroutant, a souhaité prendre la plume sur notre blog pour exprimer sa vision du sport, et du football en particulier. Pour sa première, il vient nous expliquer pourquoi il faut arrêter d’associer le foot avec le Brésil ou l’Angleterre. En effet, s’il doit n’y avoir qu’un seul berceau à ce sport, il est à n’en pas douter… made in Normandie ! Le Yaourt du Sport, avec la contribution de Chameau des prés, vous livre donc le Top 5 des raisons pour lesquelles la Normandie est LA terre de football. Et si, à votre tour, vous voulez avoir votre tribune ici même, n’hésitez pas à vous manifester en commentaire, ou sur le Twitter et le Facebook du Yaourt du Sport !

Normandie, terre de foot

1. Parce que à jamais les premiers !

Et oui, Le Havre Athletic Club (HAC) est le PREMIER club de football français de l’histoire, point, à la ligne ! Le « Hachacé » a été créé en 1872, un temps où Valéry Giscard d’Estaing n’était même pas né, c’est dire…

2. Parce que Trézéguet !

Meuh Cocorico !!! Mais oui, celui qui restera à jamais le mec du but en or face à l’Italie en finale de l’Euro 2000 (bon, aussi celui du penalty raté lors du Mondial 2006 face à… l’Italie) est bel et bien normand ! Il est en effet né à Rouen, la capitale normande ! Ça vous en bouche un coin, hein ? Et c’est pas fini : saviez-vous que Bernard Mendy venait d’Évreux ?… Bon, ça marche moins bien tout de suite… Lire la suite

Barcelone – PSG (6-1) : les notes du PSG

Une victoire 4-0 à l’aller face au Barça et sa MSN, et rien ne pouvait arriver aux Parisiens… Jamais dans l’histoire de la Ligue des champions une équipe n’avait remonté un handicap de 4 buts. Il suffisait donc gentiment d’attendre l’ouverture pour planter un but et laisser couler jusqu’au coup de sifflet final. Et ce but, le PSG l’a inscrit, grâce à – une fois n’est pas coutume – Cavani. Mais le PSG en a bouffé 6. Ouais, les gars, 6 pions historiques pour se faire sortir dès les huitièmes de finale, ce mercredi 8 mars 2017, qui fera date dans l’histoire de la Ligue des champions, du football et des soirées SM. Qui aurait pu prévoir une élimination si précoce ? On vous laisse un petit indice… Notre oeil expert nous permet de décrypter cette rencontre inoubliable, avec une analyse digne des grandes heures de France 2 Foot. Le Yaourt du Sport vous livre les notes des joueurs du PSG pour ce mémorable Barcelone – PSG !

Barcelone-PSG (6-1) : les notes du PSG

Barcelone-PSG (6-1) : les notes du PSG

Trapp (0) : Paris troué…

Kurzawa (0) : Paris égaré…

Thiago Silva (0) : Paris éploré…

Lire la suite

La Ligue Europa pour les nul(le)s

La Ligue Europa pour les nulsNous vous avons déjà initiés à la plus grande compétition de foot européen avec La Ligue des champions pour les nul(le)s. Mais vous, les rencontres de folie avec le Barça, le Real, Lyon, etc., c’est pas votre truc. Vous, vous préférez voir des duels entre Dnipropetrovsk et l’AEK Athènes par -25°C, des matchs bouillants entre le vice-champion albanais et le 6e allemand… Rassurez-vous, il existe la Ligue des champions du pauvre : la Ligue Europa. Comment ça marche ? Qui participe ? Pourquoi les clubs français se gaufrent encore ? Le Yaourt du Sport vous dévoile… La Ligue Europa pour les nul(le)s !

La Ligue Europa, c’est quoi ? Comment ça marche ?

Si vous ne deviez retenir qu’une chose : la Ligue Europa, c’est comme la Ligue des champions, mais en moins bien. Les clubs, les primes, les commentateurs… Tout est moins bien. D’ailleurs, la Ligue des champions étant couramment appelée la C1, c’est fort logiquement qu’on appelle la Ligue Europa… la C3. Ouais. En fait, à l’époque, la Ligue Europa s’appelait la Coupe de l’UEFA, et il existait une autre compétition (jusqu’à la fin des années 90) : la Coupe des Coupes, aka la C2. Mais pas de C4. Bref.

Après quelques tours préliminaires permettant d’éliminer les meilleurs clubs du Luxembourg et de Macédoine, la Ligue Europa (ou Europa League) débute véritablement au moment de la phase de poules. Mais pas seulement 8 comme en Ligue des champions, ni 9, ni 10, mais bien 12 poules, pour vous Madame ! Avec 4 équipes chacune, qui se rencontrent à 2 reprises les unes les autres, une fois à domicile, une fois à l’extérieur. Avec comme d’habitude pour chaque match : 3 points la victoire, 1 point le match nul et un bon gros 0 point la défaite.

A l’issue de ces réjouissances, les deux premiers de chaque poule sont qualifiés, soit 24 équipes. On aboutit donc en 12es de finale… Pas pratique, hein (surtout après, pour les 3es de finale) ? Comment faire le compte jusqu’à 32 et pouvoir jouer des seizièmes de finales ? Si vous avez bien retenu votre leçon sur la Ligue des champions, vous le savez : chaque 3e des 8 poules de la Ligue des champions est repêché en Ligue Europa pour les 16es de finale (ce qui est souvent le cas des rares clubs français en C1, exemple : Lyon). Je vous passe les détails sur les règles du tirage au sort des 16es de finale (si ça vous amuse, il y a le règlement complet de l’UEFA), mais sachez que les premiers sont têtes de série et ne peuvent pas s’affronter. Vous allez me dire : le 3e d’une poule de Ligue Europa, lui, il est repêché en quoi ? Et bien, il est reversé en 16es de finale… mais de la Ligue des champions féminine. Mais en jouant sans gardien, pour être plus équitable. (ceci n’est pas une vraie information)
Lire la suite

France – Norvège : les notes des Bleus, par un footeux

Dimanche 29 janvier 2017, on retiendra cette date comme un tournant dans l’histoire du sport. Déjà parce que j’ai fêté mon 16e anniversaire pour la 14e fois. Mais aussi et surtout parce que cette journée aura été riche en émotions sportives. La finale historique de l’Open d’Australie remportée par Federer contre Nadal, le duel au sommet de la Ligue 1 entre le PSG et Monaco, l’excellente opération de l’OM sur le marché des transferts (départ d’Alessandrini à Los Angeles), et bien sûr la finale du Mondial 2017 de handball opposant la France à la Norvège. A domicile, avec un public survolté, chauffé par l’enivrante Danse Phénoménale et les mascottes Cook et Cougnette, les Experts avaient tout pour entrer un peu plus dans l’histoire du handball, et du sport en général. Les Bleus n’ont pas failli et ont remporté leur 6e titre de champions du monde, en battant la Norvège 33-26, au terme d’une partie emballante. Étrangement, depuis le début de la compétition, on voit très peu d’articles notant les joueurs de l’équipe de France ? Alors quoi ? Sous prétexte que personne ne comprend vraiment les règles, on n’a pas le droit de distribuer les bons et les mauvais points ? Halte à la bien-pensance, nous allons vous prouver que ce n’est pas parce qu’on ne connaît pas grand-chose à un sport qu’on ne peut pas noter les joueurs – en toute objectivité et légitimité, bien sûr. Le Yaourt du Sport vous livre les notes des Bleus pour cette finale France – Norvège (33-26), à travers le regard bovin d’un fan de foot.

France - Norvège (33-26) : Les notes des Bleus

France – Norvège : Les notes des Bleus

Omeyer (3) : Les 54 printemps pèsent sur le Gigi Buffon du handball français. Pas beaucoup d’arrêts, mais surtout très peu de sorties dans les pieds et de contacts dans les duels aériens… Dommage, ça aurait rassuré la défense. Remplacé par Gérard (8) au quart d’heure de jeu : allô Gérard, ici ta cuisinière (merci à ceux qui ont la référence de mettre l’intégralité de la réplique en commentaire). Et lui n’hésite pas à sortir (56e) !

Narcisse (6) : Très costaud physiquement, solide dans les duels… Mais que de fautes ! Plusieurs fois sanctionné par l’arbitre, il a de la chance de ne pas avoir récolté de carton jaune. Et je ne parle même pas de toutes ses mains oubliées par M. Turpin… Remplacé par Sorhaindo (6) : bon défenseur, il a toutefois connu quelques sautes de concentrations. Un authentique joueur du Barça finalement.

Karabatic (6,5) : Une prestation aboutie pour l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du hand. Présent en défense – avec notamment un bloc de volleyeur (51e), puissant en attaque – il marque notamment après son bloc (51e), intelligent dans l’orientation du jeu. Encore un pari gagné pour l’Expert FDJ. Remplacé par N’Guessan (5,5), précieux en défense, mais en attaque, parfois, c’est Timothey agaçant. Lire la suite