Top 5 des blessures les plus stupides du foot

Les blessures idiotes, tout le monde connaît ça. Se faire mal aux côtes en tombant sur le dossier d’un banc alors qu’on s’était mis debout dessus ; vouloir tirer dans un ballon et finalement se fracasser l’orteil contre un canapé ; sauter du haut d’une falaise et se fracturer une vertèbre… Il ne s’agit là évidemment que d’exemples fictifs, et pas du tout des blessures débiles qui me seraient arrivées au collège ou encore une mésaventure qu’aurait connue un très bon ami en vacances en Italie et qui ne se reconnaîtra donc pas. Bref, on a tous eu l’occasion de se dire « mais quel con ! » quand il était déjà trop tard… Rassurez-vous : ça arrive aussi aux meilleurs ! Enfin, ça arrive aussi aux moins bons… D’ailleurs, je pense que ça arrive plus souvent aux moins bons qu’aux meilleurs. Mais les footballeurs professionnels connaissent aussi leur lot de blessures à la con. Et je ne veux pas parler des maîtres blessés tels qu’Abou Diaby ou Yoann Gourcuff. Nous allons évoquer ici des joueurs de foot qui se sont plus distingués par une blessure insolite que par des exploits sportifs. Le Yaourt du Sport vous dévoile le Top 5 des blessures les plus stupides de l’histoire du foot !

5. La blessure bête de Canizares : le parfum qui tombe mal

Canizares forfait pour la Coupe du monde 2002On commence avec le gardien espagnol Santiago Canizares. Nous sommes en 2002, quelques jours avant le début de la Coupe du monde. En sortant de sa douche, le portier décide de se mettre un peu de parfum, mais le flacon lui glisse des mains. Réflexe débile de footeux : Canizares tente d’amortir la chute du récipient… avec son pied. Résultat : contrôle en porte-manteau, tendon du pied en lambeaux. Et forfait pour la Coupe du monde 2002. Casillas lui prendra la place de titulaire… et ne lui rendra plus. Canizares se contentera d’avoir marqué l’histoire de la sélection comme étant un peu idiot, de toilette.

 

4. La blessure ridicule de Letizi : lumbago compte triple semaine d’absence

Lionel Letizi, champion de ScrabbleEncore un gardien ! Lionel Letizi, éphémère gardien de l’équipe de France, a réussi à se coincer le dos… en jouant au Scrabble. Lors d’une partie avec ses coéquipiers Laurent Leroy et Jérôme Alonzo, il a voulu ramasser une lettre et crac ! 3 semaines d’absence. Original, d’autant qu’en jouant à un tel jeu, la plupart des joueurs de foot auraient plutôt risqué un claquage au cerveau. Comble de malheur : le mot LETIZI n’est pas valide au Scrabble. Et cette blessure rappelle celle… d’un autre gardien. David Seaman, ancien goal de la sélection anglaise, s’est également bloqué le dos… en voulant ramasser sa télécommande. Gardien de but, un esprit sain dans un corps sain. Lire la suite

France – Biélorussie (2-1) : les notes des Bleus

Enfin ! Cette interminable campagne de qualifications de l’équipe de France pour la Coupe du monde 2018 prenait fin ce mardi 10 octobre, avec la réception de la redoutable Biélorussie au Stade de France. C’est tout du moins ce que l’on espérait. L’équation était simple : il fallait faire mieux que la Suède aux Pays-Bas pour s’éviter un barrage, toujours cocasse pour les Bleus. L’idée était donc de battre la Biélorussie, dont le meilleur joueur est le « gardien en bois » de Nancy. Et contre toute attente, la France a réussi à s’imposer 2-1 ! Nous sommes donc qualifiés pour le Mondial en Russie, merci, de rien, au revoir messieurs-dames. Le Yaourt du Sport vous livre les notes des Bleus pour ce France – Biélorussie (2-1) !

France - Biélorussie (2-1) : Les notes des Bleus

France – Biélorussie (2-1) : Les notes des Bleus

Lloris (6) : Hugo Tout Seul, Hugo Posay, Hugo InShape… Les chaînes Youtube résument parfaitement la campagne de qualifications de notre capitaine. Ouais, je suis assez bon en youtubers…

Digne (4) : Après un bon match contre la Bulgarie, on s’est dit qu’il avait mérité une deuxième titularisation pour prouver que sa note n’était pas usurpée. Bon… Difficile de gagner deux fois de suite au Loto. En même temps, vous connaissez son suppléant ? Si je vous dis : Amavi ? Amavi, Amavi… L’occasion de rendre hommage à Jean Rochefort.

Umtiti (5) : Forcément, quand tu joues face à une équipe biélorusse qui avait moins marqué durant ces qualifications que le Luxembourg, pas facile de mettre une note à un défenseur. Du coup, on est plus attentifs à ses relances. Et là, avec Umtiti, c’est du velours. Mais du velours côtelé, désagréable au toucher. Ah là là, ma chérie, ça va pas du tout !! Lire la suite

Bulgarie – France (0-1) : les notes des Bleus

Après sa démonstration contre le Luxembourg, l’équipe de France se déplaçait à Sofia pour affronter la Bulgarie, ce samedi 7 octobre 2017, pour un avant-dernier match de qualifications pour la Coupe du monde 2018. Une rencontre à fort enjeu puisque les Bleus n’étaient pas encore assurés de leur participation en Russie l’an prochain. Mais bon, que pouvait-il se passer de mal ? Un match important pour une qualif face à la Bulgarie, on devrait savoir gérer, non ? Vous l’avez compris, le spectre de 1993 et du but de Kostanidov planait au-dessus du stade спортно кисело мляко… Bon, en réalité, la moitié de l’équipe n’était pas née quand ça s’est produit. Ce qui a donc permis à la France… de se chier encore dessus, avec une victoire un peu dégueu 1-0. #GénésioDémission Le Yaourt du Sport vous livre les notes des Bleus pour ce Bulgarie – France (0-1) !

Bulgarie - France (0-1) : Les notes des Bleus

Bulgarie – France (0-1) : Les notes des Bleus

Lloris (7) : Si la France ne se qualifie pas pour la Coupe du monde, tout le monde lui ressassera toute sa carrière sa boulette contre la Suède. Deschamps la qualifiera de « crime contre l’équipe ». Puis le traitera de « salaud ». Et il finira, 20 ans plus tard, à la présentation de « Incroyable Talent »… On a hâte en fait.

Digne (6,5) : « Au lieu de foutre le bordel, certains feraient mieux de regarder s’ils peuvent pas tenir leur poste. » Non, mais lui ne fout pas le bordel, c’est pas pareil. J’ai pas envie de le critiquer, d’autant qu’il a été décisif (3e), je connais son tonton. Et ben ouais, les gars, désolé, j’ai mes réseaux ! Je vous l’ai signalé.

Umtiti (5) : Alors, comme ça, ça fait le malin, ça joue au Barça, qui encourage l’indépendance catalane, et ça veut quand même jouer pour la France ? Ben va jouer pour l’équipe de Catalanie, mec ! (et oui, je suis aussi expert en géopolitique) Pour Lucas Digne, c’est pas pareil. Lui, personne ne l’a encore jamais vu sous le maillot du Barça. Lire la suite

La Ligue Europa pour les nul(le)s

La Ligue Europa pour les nulsNous vous avons déjà initiés à la plus grande compétition de foot européen avec La Ligue des champions pour les nul(le)s. Mais vous, les rencontres de folie avec le Barça, le Real, Lyon, etc., c’est pas votre truc. Vous, vous préférez voir des duels entre Dnipropetrovsk et l’AEK Athènes par -25°C, des matchs bouillants entre le vice-champion albanais et le 6e allemand… Rassurez-vous, il existe la Ligue des champions du pauvre : la Ligue Europa. Comment ça marche ? Quelles sont les règles ? Pourquoi les clubs français se gaufrent encore ? Le Yaourt du Sport vous dévoile… La Ligue Europa pour les nul(le)s !

Publié le 22/02/2017
EDIT : Mise à jour pour la saison 2017-2018 le 14/09/2017

Après La Ligue des champions pour les nul(le)s et cet article, vous êtes en mesure de suivre toute l’actualité du foot européen. Et si ça ne vous suffit pas, vous pouvez marcher sur le sentier de la connaissance universelle en vous procurant le livre Le Football pour les Nuls.

Les règles : La Ligue Europa, c’est quoi ? Comment ça marche ?

Si vous ne deviez retenir qu’une chose : la Ligue Europa, c’est comme la Ligue des champions, mais en moins bien. Les clubs, les primes, les commentateurs… Tout est moins bien. D’ailleurs, la Ligue des champions étant couramment appelée la C1, c’est fort logiquement qu’on appelle la Ligue Europa… la C3. Ouais. En fait, à l’époque, la Ligue Europa s’appelait la Coupe de l’UEFA, et il existait une autre compétition (jusqu’à la fin des années 90) : la Coupe des Coupes, aka la C2. Mais pas de C4. Bref.

Après quelques tours préliminaires permettant d’éliminer les meilleurs clubs du Luxembourg et de Macédoine, la Ligue Europa (ou Europa League) débute véritablement au moment de la phase de poules. Mais pas seulement 8 comme en Ligue des champions, ni 9, ni 10, mais bien 12 poules, pour vous Madame ! Avec 4 équipes chacune, qui se rencontrent à 2 reprises les unes les autres, une fois à domicile, une fois à l’extérieur. Avec comme d’habitude pour chaque match : 3 points la victoire, 1 point le match nul et un bon gros 0 point la défaite.

A l’issue de ces réjouissances, les deux premiers de chaque poule sont qualifiés, soit 24 équipes. On aboutit donc en 12es de finale… Pas pratique, hein (surtout après, pour les 3es de finale) ? Comment faire le compte jusqu’à 32 et pouvoir jouer des seizièmes de finales ? Si vous avez bien retenu votre leçon sur la Ligue des champions, vous le savez : chaque 3e des 8 poules de la Ligue des champions est repêché en Ligue Europa pour les 16es de finale (ce qui est souvent le cas des rares clubs français en C1, exemple : Lyon). Je vous passe les détails sur les règles du tirage au sort des 16es de finale (si ça vous amuse, il y a le règlement complet de l’UEFA), mais sachez que les premiers sont têtes de série et ne peuvent pas s’affronter. Vous allez me dire : le 3e d’une poule de Ligue Europa, lui, il est repêché en quoi ? Et bien, il est reversé en 16es de finale… mais de la Ligue des champions féminine. Mais en jouant sans gardien, pour être plus équitable. (ceci n’est pas une vraie information)
Lire la suite

La Ligue des champions pour les nul(le)s

La Ligue des champions pour les nulsLa rubrique Pour les nul(le)s du Yaourt du Sport s’adresse aux non-initiés du sport (ou à ceux qui veulent vérifier leur maîtrise des bases) et a pour objectif de leur donner les clés pour suivre une conversation sur un sujet sportif. Vous en avez marre de ne rien capter au milieu d’un débat engagé à propos de telle ou telle compétition ? Vous voulez impressionner votre copain en lui sortant des termes du jargon sportif ? Ou, ici, vous voulez surprendre votre conjoint avec une culture foot qu’il ne soupçonnait pas ? Alors ne manquez pas… La Ligue des champions pour les nul(le)s !

Publié le 19/09/2012
EDIT : Mise à jour pour la saison 2017-2018 le 12/09/2017

Cet article ne fait qu’effleurer une partie de la grande richesse du monde du football. Et quand je dis « richesse », je veux parler de son histoire, pas seulement des prix des transferts. Si connaître la Ligue des champions ne suffit pas à étancher votre soif de savoir footballistique, vous pouvez vous tourner vers le livre Le Football pour les Nuls.

Les règles : La Ligue des champions, c’est quoi ? Comment ça marche ?

La Ligue des champions (ou Champions League) est la plus prestigieuse coupe d’Europe de football pour les clubs. Elle commence par une phase de poules. Il est à noter que j’ignore pourquoi on utilise ce terme, ne voyant pas vraiment le lien avec la volaille. Soit. La phase de poules est constituée de 32 équipes, réparties en 8 « poules » de 4 équipes (peut-être parce que pendant le tirage au sort, les noms d’équipe sont placés dans des boules, qui pourraient s’apparenter à des œufs qui seraient dans le cul de la poule… Bref). Chacune de ces 4 équipes rencontre les 3 autres à 2 reprises : une fois à domicile, la recevant dans son stade, l’autre fois à l’extérieur, en se déplaçant donc chez son adversaire. Comme souvent en football, la victoire vaut 3 points, le match nul 1 point et la défaite 0 point. A l’issue de ces 12 rencontres (faites le calcul), les deux premières équipes de la poule sont qualifiées pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions et la troisième est reversée en seizièmes de finale de la Ligue Europa (ou Europa League), que nous vous décryptons dans La Ligue Europa pour les nul(le)s. Quant à la dernière, vous l’aurez compris, elle est éliminée sous les huées et quolibets de tous. Notons également que lorsqu’une équipe finit à la première place de son groupe, elle est assurée de jouer son huitième de finale contre une équipe ayant fini deuxième du sien. Et vice versa, sinon ça marche pas. Lire la suite