Lyon – Juventus : les notes de l’OL

L’Olympique Lyonnais faisait face à une montagne piémontaise en ce jeudi 3 avril : l’OL recevait la Juventus Turin pour le compte des quarts de finale de la Ligue Europa. Malheureusement, les Lyonnais s’inclinent à Gerland 1-0, sur un but inscrit par Bonucci en fin de match. Il fallait un miracle, il n’a pas eu lieu… Le Yaourt du Sport vous livre les notes des joueurs de l’OL pour ce Lyon – Juventus !

Lyon - Juventus : Les notes de l'OL

Lyon – Juventus : Les notes de l’OL

Lopes (7) : Il a pourtant tenu la baraque pendant un long moment. Sûr dans ses sorties, notamment dans les pieds de Tevez (29e) et Isla (67e), et explosif sur ses horizontales (59e, 65e). Malheureusement, le jeune gardien rhodanien n’est pas encore capable de bloquer les grosses chiches sous la barre à bout portant (85e), et c’est dommageable.

Bedimo (5) : Il s’est bien préparé au marathon de Paris ce week-end avec une quarantaine de kilomètres parcourus. Mais ça manquait de tranchant, même si les solutions n’étaient pas légion. Un peu plus tendre qu’à l’accoutumée, mais bon, un Bedimo doux de temps en temps, ça ne fait pas de mal.

Umtiti (5) : J’ai cru voir Umgrominet. La défense lyonnaise a été valeureuse ce soir, à l’instar de son taulier Samuel, plutôt solide sur les quelques attaques turinoises. Un beau coup franc tout de même, bien sorti par Buffon (52e).

Koné (3) : Il a proprement plié Tevez en deux (3e), puis il a salement plié Tevez en deux (5e), offrant un beau coup franc à Pirlo. Heureusement pour Lyon, le sniper italien avait de la buée sur sa lunette. Il est un poil fautif sur le cafouillage dans la surface qui mène à l’unique but du match de Bonucci (85e).

Tolisso (4) : Numéro 55, la Meuse. Bar-le-Duc.

Gonalons (5,5) : Un point commun évident avec Zlatan. La bite.

Ferri (4,5) : Jordan Ferri. Ses parents devaient être fans de basket et de bateau. Il s’est retroussé la Manche pour tenter de dynamiser l’entrejeu lyonnais, sans pour autant y instaurer de réelle Égéemonie. Il a manqué de précision, comme s’il jouait avec des boats en caoutchouc. Manquant de carburant, il a sombré quand la barque lyonnaise avait le vent en poupe.

Mvuemba (4) : Arnold Mvuemba. Ses parents devaient être fans de ski de fond et de Jacques Tati. L’homme des coups de pieds arrêtés. Ratés. C’est fou d’imaginer qu’à l’entraînement, Rémi Garde a été contraint de se dire « putain merde, je n’ai pas mieux qu’Arnold ». A un moment, on a vu Buffon hésiter à enlever le mur devant lui. Tranquille.

Malbranque (4) : Invisible jusqu’à son bon appel dans la surface, suivi d’une bonne frappe déviée par Buffon (27e). Choqué par cet échec, il a préféré assurer le coup en redevenant invisible. Remplacé par le jeune Fekir (86e), qui n’a pas valu un clou.

Lacazette (2) : Une accélération le long de la surface. Pas une frappe, que dalle. Lacazette vierge. Remplacé par Gomis (74e, 7), noté surtout pour sa performance avant d’entrer sur la pelouse. L’air de rien, il a profité de son échauffement pour venir gêner Pirlo avant qu’il tire ses corners. Quel roublard.

Briand (3) : Pas forcément. Sur un corner et une tête de Koné (27e), il est seul face au gardien et manque son « lob ». Il se foire complètement en gros. Mais quel geste sur cette remise acrobatique au point de penalty au terme d’un contre éclair (83e). Ajoutez à cela quelqu’un à la RECEPTION du centre, et il y aurait peut-être eu une occasion, qui sait ? Remplacé par Clinton N’jie (90e). On n’a pas voulu en faire trop côté calembours, mais la prochaine fois, on te loupera pas Clinton !

Et vous, vous auriez mis les mêmes notes ? Dites-le en commentaire, ou rejoignez-nous sur la page facebook du Yaourt du Sport ou sur le compte Twitter du Yaourt du Sport !

S.

Une réflexion au sujet de « Lyon – Juventus : les notes de l’OL »

  1. Ping : Allemagne - France (2-2) : les notes des Bleus | Le Yaourt du Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *