Irlande – France : les notes des Bleus !

Cet après-midi à l’Aviva Stadium, le XV de France avait la possibilité d’obtenir une victoire qui aurait fait Dublin au moral. Malheureusement, loin de se donner de l’Eire, les Bleus n’ont pu faire mieux que match nul face à un quinze du trèfle peu inspiré mais intelligent.

Voici les notes de ce 91e Irlande France de l’histoire.

Irlande - France : les notes des Bleus

Domingo (4) : Dit le bison tatoué. Il a eu du mal à se placer, ce qui a souvent laissé les copains dans la mouise. Remplacé par Debaty (64e), qui s’est fait remarquer par un retour fantastique couplé à un coup de coude magistral. Un ailier refoulé?

Kayser (3) : Astucieuse combinaison en touche, qui ne donne rien (6e), et les autres n’ont jamais été vraiment rassurantes. Dans aucun bon coup, il a pris le bouillon en mêlée ouverte. Remplacé par Guirado (67e).

Mas (2) : Complètement à la raMas lors de l’essai irlandais (11e). Il prend un peu pour toute la ligne d’avants qui s’est faite dévorer sur tous les ballons portés des Verts.

Samson (4) : Précieux en touche, il n’a cependant pas apporté le pressing étouffant qu’il avait infligé aux Anglais. A un moment, il est revenu sur le terrain, mais je ne l’avais pas reconnu Samson casque.

Maestri (4) : Il attaque son match en se faisant complètement enrhumé par Heaslip. Comme d’habitude, il est lent mais quelle percussion… Remplacé par Vahaamahina (50e), qui a apporté un peu d’envie, et ça fait du bien.

Nyanga (4) : Bonne défense en début de match. Peu souvent servi lancé, il a peiné dans la percussion et n’a jamais rien apporter. Remplacé par Claassen (54e), vif en touche. Il a le mérite de se rendre disponible, et est un des acteurs principaux du temps fort français.

Picamoles (8) : Comme son numéro. Heureusement qu’il est là, et pas que sur ce match. Il est le seul à réellement surnager lors de ce tournoi. Aujourd’hui, il inscrit un essai en jouant rapidement une pénalité (75e), et sauve la maison bleue, adossée à la colline, dans la foulée. Ce n’était pas à lui d’être là, mais il faut croire qu’il était partout.

Dusautoir (4) : Ce n’est plus le Thierry qu’on a connu et tant aimé, mais il fait peur et ça se sent. Sa présence est rassurante, même si il manque de volume de jeu depuis son retour.

Parra (4) : Très bon retour pour dégager du pied (9e). Mais trop souvent loin de la zone de déblayage pour relancer le jeu. Son jeu au pied n’a pas été flamboyant, à l’image de sa pénalité manquée. Un mauvais match pour le demi, sous pression.

Michalak (4) : Une pénalité facile, mais manquée (16e). Une autre plus délicate, mais manquée (40e). Il a le mérite de ramener les équipes à égalité, mais Frédéric doit faire gagner la France.

Médard (1) : Au pied Médard. On l’a senti peureux, sans doute à cause de son retour, et donc très peu sûr dans ses réceptions de balle. En face, Jackson s’en est donné à coeur joie.

Fofana (3) : Un gros plaquage sur Marshall (11e) ! On l’a senti agacé par son manque de ballon, et du coup il a perdu en lucidité et a disparu de la circulation.

Fritz (4) : A l’instar de Fofana, il a passé un match beaucoup trop tranquille, et l’a traversé comme un fantôme. Remplacé par Bastareaud (67e), qui a servi de marteau et de burin. Une brute, dans le bon sens du terme.

Clerc (2) : Lune. Très peu en vue et frileux, il est pourtant aux fraises sur une percée irlandaise (9e). Sa contre-performance a déséquilibré le jeu français, car Michalak ne se tournait que vers sa gauche. « L’atout trèfle » n’a pas joué avec assez de coeur. Les Irlandais l’ont fait se tenir à carreau, et ça pique de le voir comme ça.

Huget (5) : Quel coup de chausson pour trouver une excellente touche dans les 5 mètres irlandais (39e) ! Mais il vendange un gros temps fort français en oubliant Vincent Clerc, seul sur sa droite (70e). A part ça, il a été souvent à la réception de ses propres chandelles, mais le ballon glissait comme s’il avait été plongé dans l’huile d’olive (Huget).

 S.

Si vous souhaitez commenter notre premier essai rugbystique, n’hésitez pas à le faire sur la page Facebook, ou à échanger quelques calembours sur le twitter.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.